1er Centre Laser Medical & Esthetique Algerie

Opening Hours : Du samedi au jeudi- 8h à 18h
  Contact : 021 962 972 - 0550 886 409

All Posts in Category: Acné

Conseils pour prendre soin de son acné

Soyez doux avec votre peau. Utilisez des produits doux, tels que ceux qui sont sansalcool. Ne pas utiliser de produits qui irritent votre peau, ce qui peutinclure des astringents, toniques et exfoliants.

Si vous avez un traitement pour l’acné, souvent irritant, utilisez des savons doux, type savon surgras.

Les crèmes s’appliquent après avoir nettoyé et séché la peau. Laissez votre peauguérir naturellement :

Ne touchez pas aux boutons au risque de faireapparaitre des cicatrices d’acné. Ne touchez pas votre peau la journée. Touchervotre peau tout au long de la journée peut causer des poussées.

 Evitez le soleil : c’est un faux-ami puisqu’il améliore un peu l’acné lors des expositions puis on observe une poussée après l’arrêt de celles-ci. Par ailleurs, le soleil est souvent contre-indiqué avec les médicaments et les crèmes utilisés contre l’acné.

Les aliments ont théoriquement peu d’effet surl’acné. Il n’y a donc pas lieu de faire un régime

Si vous avez une acné de la barbe, préférez le rasage avec un rasoir électrique à grille : le fait de couper les boutons avec une lame les pérennise

Consultez un dermatologue si: Votre acné vous rend timide ou embarrassé. Les produits que vous avez essayés n’ont pas fonctionné. Votre acné laisse des cicatrices ou des taches.

Aujourd’hui, pratiquement tous les cas d’acné peut être traitée avec succès. Les dermatologues peuvent aider à traiter l’acné existante, prévenir de nouvelles éruptions et réduire vos risques de développer des cicatrices. Si vous avez des questions ou des préoccupations au sujet de prendre soin de votre peau, vous devez prendre rendez-vous pour voir un dermatologue.

Read More

Le point sur l’acné

L’acné se caractérise par une peau grasse (hyperséborrhée) et plusieurs types de lésions souvent associées. On distingue les lésions rétentionnelles (comédon ouvert ou point noir et comédon fermé ou microkyste), les lésions inflammatoires (papule, pustule et nodule), les kystes et les cicatrices qui peuvent être temporaires ou définitives. L’affection débute le plus souvent à l’adolescence et prend fin la plupart du temps avant l’âge de 25 ans.

L‘acné est une affection qui se prolonge le plus souvent pendant plusieurs années, en moyenne pendant 4 à 6 ans, mais parfois plus longtemps. L‘acné persistante à l’âge adulte n’est pas rare, surtout chez les femmes. Le dermatologue dispose d’un arsenal très efficace, mais un traitement prolongé et un suivi régulier sont toujours nécessaires pour obtenir des résultats satisfaisants.

Les traitements efficaces contre l’acné

Les Traitements locaux

Rétinoïdes : ils sont surtout efficaces sur les lésions rétentionnelles, on trouve la trétinoïne, l’isotrétinoïne et l’adapalène qui lutte parallèlement contre les lésions inflammatoires. Ces produits sont toujours irritants et doivent être appliqués avec précaution. L’application soit se faire le soir . Il faut appliquer très peu de produit et l’étaler sur l’ensemble du visage sans frotter la peau. Il faut éviter les zones sensibles (pourtour des yeux et de la bouche, cou). Il est toujours préférable de débuter le traitement un jour sur deux voir un jour sur trois pour habituer la peau. L’application d’une crème hydratante est indispensable le matin, surtout en début de traitement. Il faut suspendre le traitement quelques jours si la peau devient rouge, pèle ou s’il on a des sensations de brulures. Lorsque l’on supporte bien le produit un jour sur deux, il est possible de l’appliquer quotidiennement. Les rétinoïdes fragilisent la peau au soleil. Il faut donc utiliser un écran solaire le matin. Ce traitement est contre indiqué pendant la grossesse et l’allaitement.

Acides de fruits : les crèmes aux acides de fruits (15%) sont moins irritantes que les rétinoïdes mais ne sont pas remboursées par l’assurance maladie. Leur application provoque des picotements sans gravité et de courte durée. Les peelings à l’acide glycolique (en général une série de 4 peelingprogressivement de plus en plus concentrés en acide glycolique : 20 à 70%) complètent avantageusement le traitement.

Antibiotiques locaux : On peut utiliser l’érythromycine (Eryfluid®, Stimycine®, Erythrogel®) en gel ou en lotion ou la clindamycine (Dalacine T topic®). Ces produits contiennent de l’alcool et/ou du propylène glycol qui sont irritants. Le traitement antibiotique local s’associe parfois au traitement par rétinoïdes et/ou péroxyde Benzoyle ou à un traitement général.

Peroxyde de Benzoyle : le péroxyde de benzoyle existe en savon (Pannoxyl pain®), en crème et gel (Brévoxyl®, Cutacnyl®, Eclaran®, Pannogel®, Pannoxyl®, Effacné®). Les concentrations des produits varient de 2,5 à 10%. Le Peroxyde de benzoyle est efficace sur les lésions inflammatoires mais décolore les vêtements définitivement, il faut donc faire très attention lors de son application, nous recommandons son utilisation le soir avec une lingerie de couleur blanche. Il peut être associe aux rétinoïdes et/ou à un traitement antibiotique local ou général. Le péroxyde de benzoyle peut réagir au soleil. Il faut donc l’appliquer le soir et utiliser un écran solaire le matin. L’Épiduo® associe Adapalène et Peroxyde de Bebzoyle, avec une synergie des deux molécules.

Acide azélaïque (skinoren®) : l’acide azélaïque est modérément efficace  .


Les traitements par voie orale

Antibiotiques : Un traitement antibiotique prolongé  de 3 mois minimum est souvent nécessaire à la prise en charge de l’acné. L’acné n’est pas une infection, mais ces antibiotiques luttent  contre l’inflammation, ils sont prescrits à dose anti-inflammatoire qui est la moitié voire le quart de la dose antibiotique. Le dermatologue a le choix entre les cyclines et l’érythromycine. Les cyclines peuvent entraîner des troubles digestifs et  doivent  donc être absorbées au milieu du repas. Les cyclines réagissent au soleil, il faut donc utiliser un écran solaire toutes les deux heures. La survenue d’une allergie cutanée (urticaire) est possible. Les cyclines ne doivent pas être utilisées pendant la grossesse ni chez l’enfant de moins de 8 ans (risque de coloration de l’émail dentaire).

Gluconate de zinc (Rubozinc®, Effizinc®) : Son efficacité est modeste. Son utilité est limitée aux acnés légères, en complément des traitements locaux. La posologie est de deux gélules par jour le soir au coucher pendant trois mois.

La pilule Diane 35® et ses génériques: C’est un traitement hormonal antiacnéique réservé aux femmes. Il contient un oestrogène et un dérivé de la progestérone (acétate de cyprotérone), qui s’oppose à l’action des hormones androgènes (hormones mâles). Son effet sur l’acné  ne s’observe généralement qu’après plusieurs mois. Ce traitement ne peut plus être prescrit en France depuis mai 2013.

Isotrétinoine (Curancé®, Procuta®, Contracné®, Isotrétinoïne Teva®) : Un traitement par isotrétinoïne est souvent nécessaire si l’acné est sévère, si elle résiste aux traitements antibiotiques bien conduits pendant au moins trois mois ou perdure à l’âge adulte. L’isotretinoine diminue la production de sébum et normalise la kératinisation épidermique, elle est anti inflammatoire et réduit la prolifération de propioni bacterium acnes. La prescription d’isotrétinoïne est très réglementée car le médicament peut entraîner des malformations du foetus chez une femme qui le prendrait pendant une grossesse. La contraception est obligatoire chez la femme pendant le traitement par isotrétinoïne, elle doit débuter un mois avant le début du traitement et se poursuivre au moins un mois après. Un contrôle de l’absence de grossesse par un test sanguin mensuel est indispensable, il doit être fait au maximum trois jours avant la prescription et sept jours avant la délivrance du produit. La patiente doit signer un formulaire et être à même de bien comprendre les informations délivrées par le dermatologue. Le traitement peut rarement entraîner des complications au niveau cutané, oculaire, osseux, hépatique, rénal, allergique, métabolique, neurologique, psychiatrique. L’ isotrétinoïne comporte des effets indésirables obligatoires, ils sont en général facilement pris en charge par des mesures simples que vous indiquera votre dermatologue : le dessèchement de la peau et des muqueuses est traité par des crèmes adaptées. Un suivi médical régulier est indispensable (tous les mois chez les femmes, tous les trois mois chez les hommes). Il faut faire une prise de sang avant le début du traitement puis un mois après et ensuite tous les mois chez les femmes et tous les trois mois chez les hommes.


Les traitements physiques

Nettoyage de peau : le nettoyage de peau dermatologique est indispensable au traitement de l’acné ou prédomine les microkystes,il comporte une microincision de la surface de la peau puis une extraction des microkystes. Cet acte est un peu douloureux.

Laser Erbium à 1540 nm (Aramis Quantel) ou diode à 1450nm (Smoothbeam Candela®) sont parfois utilisés pour réduire les lésions inflammatoires de l’acné et réguler la sécretion de sébum. Le traitement par laser doit être répété (4 séances espacées de 3 semaines) avec éventuellement des séances d’entretien.

Diodes electroluminescentes (LED) : les lumières bleues (415 nm) et rouges (632 nm) peuvent être utiles au traitement contre l’acné efficace des lésions inflammatoires de l’acné si l’on veut éviter les antibiotiques.

Phothérapie dynamique : les lumières bleues et rouges utilisées en conjonction avec un photosensibilisant seront beaucoup plus efficaces sur l’acné.

Read More

Traitement des cicatrices et traces d’acné

Les cicatrices d’acné sont la crainte de tout patient acnéique, et en particulier chez un adolescent ou un adulte jeune en raison du retentissement évident sur l’image de soi. La fréquence réelle des cicatrices d’acné est difficile à évaluer, survenant chez 11% à 95% des patients acnéiques selon les études.

Il, mais il est démontré le rôle défavorable d’un retard de prise en charge du traitement de l’acné et des excoriations ou « manipulation des boutons ».
Enfin, tout traitement des cicatrices ne peut pas être entrepris chez un patient atteint d’une acné non traitée et au minimum 6 mois après la fin d’un traitement par isotrétinoine per os.

Les cicatrices d’acné sont classiquement décrites selon 3 types : érythémateuses et pigmentées, hypertrophiques et surtout atrophiques :

-Les cicatrices érythémateuses et pigmentées sont plus fréquentes chez les sujets à peau mate ou noire, et après une exposition solaire. L’indication d’un traitement reste une discussion au cas par cas, en considérant la demande du patient, le prix du traitement et surtout la notion d’évolution spontanément favorable.
La protection solaire au quotidien est une évidence, l’utilisation de crèmes dépigmentantes peut être proposée, plus rarement celle des lasers vasculaires, Q-switched, fractionnés non ablatifs, ou des Lampes Intenses Pulsées.

-Les cicatrices hypertrophiques régressent également le plus souvent favorablement contrairement aux cicatrices chéloïdiennes qui nécessitent une prise en charge spécialisée, non décrite ici.

– Les cicatrices atrophiques représentent la majorité de la demande des patients. On en décrit plusieurs types :
– en « V » ou en « pic à glace » : trous fins (- en « U » : dépressions à bords abrupts nets et à fond régulier et plat.
– en « M » : plus large avec des bords en pente douce.

En dehors du visage, et en particulier au niveau du décolleté et du dos, elles sont souvent associées à des lésions appelées élastolyse périfolliculaire : petites taches blanches et de consistance molle, bombée par rapport aux téguments adjacents.

Le traitement des cicatrices atrophiques est complexe et nécessite le plus souvent l’association de plusieurs techniques.
La première étape consiste en une remise à niveau du fond des cicatrices profondes par rapport à la peau périphérique :
Pour cet objectif sont proposées des techniques chirurgicales, pratiquées sous anesthésie locale, utilisant l’excision-suture pour certaines cicatrices en « pic à glace », le relèvement au punch-bistouri voir des micro-greffes de peau totale après éventuellement subcision ou section des adhérences profondes des tissus fibreux.
D’autres techniques, comme les « rollers » mécaniques ou des peelings au TCA sont également utilisées.

.

Les lasers fractionnés reposent sur le concept de photothermolyse fractionnée développée depuis 2004 avec création de micros zones thermiques (MTZ) laissant des intervalles de peau saine et permettant une cicatrisation rapide en une semaine environ.Les lasers fractionnés ont révolutionné la prise en charge des cicatrices d’acné, en raison de la possibilité de traitement au-delà du mm en profondeur et de la quasi absence de complications. Il a été démontré au niveau microscopique avec des biopsies la formation d’un nouveau collagène et d’élastine prouvant leur efficacité.Plusieurs séances (3 à 4) sont en général nécessaires pour obtenir une efficacité maximale constatée en général 3 à 6 mois après la fin du traitement.Les séances sont effectuées, dans la majorité des cas, après une simple anesthésie par crème anesthésiante appliquée une à deux heures avant l’intervention. Une analyse récente des différentes études cliniques publiées dans la littérature permet d’avoir une idée plus précise de leur efficacité et de leur tolérance.

On distingue les lasers fractionnés Non ablatifs et Ablatifs.
Les lasers fractionnés obtiennent une amélioration de 26 à 56%, Pour les lasers fractionnés ablatifs, l’amélioration constatée est de l’ordre de 26 à 83%, avec un érythème ou rougeur persistante pendant un à deux mois, et la survenue d’une pigmentation post inflammatoire dans près de 92% des cas.
Enfin, il a été prouvé que l’utilisation combinée des 2 techniques fractionnées donne un résultat supérieur que l’une des techniques utilisées isolément, et laisse entrevoir de nouvelles perspectives.

D’autres technologies apparentées au lasers comme la Radiofréquence Fractionné a démontré son intérêt dans la prise en charge des cicatrices d’acné, en particuliers chez les patients de phototype élevé ou de peaux foncées

En conclusion : Le traitement correctif des cicatrices d’acné reste un long « parcours » pour les patients, plusieurs techniques étant nécessaires pour obtenir un résultat satisfaisant, encore malheureusement toujours incomplet. Le meilleur moyen d’éviter ces cicatrices reste la prévention qui consiste à traiter l’acné dès son apparition, en raison de l’enjeu important pour le préjudice esthétique et psychologique des patients, que représentent les cicatrices d’acné.

Read More

Comment le peeling traite-t-il l’acné ?

Peeling de la peau

L’acné est une maladie cutanée transitoire affectant le plus souvent les sujets jeunes. Le recours aux peelings comme moyen thérapeutique peut être très utile pour certaines formes d’acné comme l’acné rétentionnelle, ou pour améliorer l’aspect des cicatrices lorsque la maladie a cessé d’évoluer.

L’acné est une maladie du follicule pilosébacé. Elle débute généralement lors de la puberté par une hyperséborrhée (la peau devient grasse), puis la survenue de comédons ou « points noirs ». Les microkystes sont des comédons « fermés » renfermant du sébum, de la kératine, et des bactéries. Ils peuvent subir des phénomènes inflammatoires, avec survenue de papules et pustules, qui peuvent dans certains cas évoluer vers des nodules abcédés.

Le traitement classique commence par des soins d’hygiène rigoureuse, matin et soir et par l’application de topiques médicamenteux sous la forme de crèmes, de gels, de lotions, permettant l’élimination des comédons, des microkystes. Il faut souvent avoir recours à une antibiothérapie par voie orale pour diminuer l’inflammation et le risque cicatriciel.
La guérison spontanée de l’acné est habituelle à la fin de la puberté, toutefois certaines formes d’acné nécessitent le recours à l’isotrétinoïne, seul traitement permettant une guérison anticipée ou définitive.

LES PEELING DANS L’ ACNE :

Le peeling consiste en l’application sur la peau d’une substance chimique ayant pour but l’exfoliation de l’épiderme : la peau pèle.. On distingue ainsi les peeling selon la profondeur de cette exfoliation : peelings superficiels, moyens et profonds. La durée de la réparation épidermique dépend de la profondeur du peeling.

Les peelings superficiels :
Ils sont utiles comme moyen thérapeutique complémentaire des acnés comédoniennes ou rétentionnelles, lors d’une période de préférence non inflammatoire. Ils permettent de resserrer les pores dilatés, d’aider à l’élimination des comédons et microkystes, d’éclaircir le teint.

Ils sont donc indiqués lors :
– d’acné débutante, ou d’acné en fin d’évolution lorsqu’il persiste encore quelques microkystes,
– d’acné tardive de la femme de 40 ans dans la zone maxillaire,
– d’acné associée à une peau tabagique,
– d’acné avec cicatrices pigmentées post inflammatoires ou après excoriations.
– Ils sont d’un grand intérêt pour aider à la microchirurgie de l’acné en permettant un « dékystage » plus facile.
– Ils améliorent l’aspect des cicatrices légères.
Les substances utilisées sont :
– l’acide salicylique,
– l’acide glycolique,
– certaines solutions à base de résorcinol, d’acide lactique,
– d’acide mandélique ou d’acide pyruvique.
– D’acide trichloracétique à faible concentration.
Protocole de soin : 
Il faut préparer la peau pendant une quinzaine de jours en appliquant une crème aux acides de fruits ou AHA, pour débuter l’exfoliation de la couche cornée superficielle de l’épiderme.
Lors de la séance, le dermatologue applique la substance chimique sur la peau pendant quelques minutes à l’aide d’un pinceau, d’un doigt ganté, d’une compresse imbibée… La solution est ensuite neutralisée pour stopper son effet. Puis la peau est hydratée avec une crème apaisante.

Pendant les semaines qui suivent, la protection solaire doit être très rigoureuse avec application d’un écran solaire.
Il est possible de reprendre ses activités immédiatement après un peeling superficiel, puisque l’exfoliation est douce.

Rythme des séances de peeling:

Les séances sont répétées tous les 15 jours ou tous les mois. 4 à 6 séances sont habituellement recommandées lors du premier protocole. …
En entretien, le dermatologue pourra recommander 2 ou 3 séances de peeling, 2 ou 3 fois par an,
L’application régulière d’une crème à base d’acide de fruits permet de maintenir le bénéfice obtenu.

Effets secondaires du peeling :

Le peeling superficiel est en général bien toléré. On constate le plus souvent un léger érythème pendant quelques heures. La sensation de brûlure lors de l’application du peeling disparaît rapidement après la neutralisation et l’application de la crème apaisante.
L’exfoliation plus importante peut entrainer l’apparition de croûtes sur de petites zones, mais parfois sur des zones plus étendues, nécessitant l’application d’une crème cicatrisante pendant quelques jours. Pour l’éviter, le dermatologue recommandera l’arrêt de l’application de rétinoïdes ou de peroxyde de benzoyle la semaine précédant le peeling. Il faut aussi éviter d’effectuer un gommage, une épilation à la cire, ou tout geste traumatisant la peau avant le peeling.
Une poussée d’herpès chez certains patients peut être prévenue par la prise d’un antiherpétique quelques jours avant le peeling.
Une pigmentation peut survenir en cas d’exposition solaire.
Les peelings considérés comme superficiels avec l’acide trichloracétique concentré de 12 à 18 % entrainent une exfoliation un peu plus importante : « la peau peut peler pendant 2 à 4 jours».

Les peelings moyens :

Ils sont utilisés pour les acnés cicatricielles, lorsque l’acné n’évolue plus et que les lésions inflammatoires ont laissé des cicatrices plus ou moins profondes. Ils permettent une exfoliation plus intense de l’épiderme, allant jusqu’au derme papillaire.
Le principe actif utilisé est le plus souvent l’acide trichloracétique à des concentrations allant de 20 à 30%. Pour les cicatrices profondes, la concentration peut être plus importante, jusqu’à 42 %.

Protocole de soins :
La peau est préparée pendant une quinzaine de jours au moins par l’application de crèmes à base d’acides de fruits permettant une pénétration plus homogène de l’acide trichloracétique. Les rétinoïdes topiques sont aussi très utiles mais doivent être stoppés 3 à 4 jours avant le peeling.
La concentration du peeling est choisie en fonction de la profondeur des cicatrices, du temps de cicatrisation permis par les activités du patient, de 4 jours à plus de 10 jours pour les concentrations les plus élevées.
L’application se fait soit au pinceau, à la compresse imbibée, avec de petites brosses… selon les kits proposés par les différents laboratoires qui proposent ces peelings. Elle se fait zones par zones, couches par couches, en contrôlant le givrage de la peau qui dépend de la profondeur choisie et de la concentration. Le givrage va de l’aspect floconneux, la peau pèle pendant 4 jours, à un aspect blanc uniforme pour une durée de cicatrisation de 10 jours.
La sensation de brûlure pendant l’application est intense. Pour la diminuer, l’application est progressive, zones par zones, elle est calmée par une ventilation puis par pulvérisation d’une eau thermale et d’une crème apaisante à la fin du peeling.
Les jours suivant le peeling, la peau est cartonnée, tendue, elle desquame à partir du 3e jour en se détachant par petits lambeaux. La desquamation peut durer plus de 10 jours pour les concentrations les plus élevées. Il ne faut pas arracher les croûtes qui se forment, mais hydrater avec l’émollient recommandé.
Fréquence des séances de peeling:

Une séance initiale peut être renouvelée dans un délai de 1 à 2 mois si le résultat est jugé insuffisant

Effets secondaires :
Une hyperpigmentation post inflammatoire peut apparaître surtout sur les peaux foncées, elle doit être traitée rapidement par l’application d’une corticothérapie locale.
Des cicatrices peuvent survenir si le patient arrache les croûtelles ou si le peeling est trop profond.
La protection solaire doit être extrêmement rigoureuse pendant les semaines qui suivent.
La peau peut être rosée pendant quelques semaines, un maquillage non comédogène est utile pour la masquer.

CONCLUSION
Les peelings sont des moyens thérapeutiques complémentaires tout à fait intéressants lors d’acnés non inflammatoires ou pour réparer les cicatrices. Les peelings superficiels permettent de resserrer les pores dilatés, d’améliorer progressivement les petites cicatrices, les taches pigmentées post inflammatoires, la peau est assainie, le teint plus lumineux.
Les peelings moyens nécessitent un temps d’éviction sociale de quelques jours, mais sont utiles pour réparer les cicatrices plus marquées.

Read More