1er Centre Laser Medical & Esthetique Algerie

Opening Hours : Du samedi au jeudi- 8h à 18h
  Contact : 021 962 972 - 0550 886 409

All Posts in Category: rides

De la vitamine C pour lutter contre les rides

On la connaissait tonique, elle est aussi antioxydante. Du coup, la vitamine C gagne le marché des cosmétiques et des antirides. Un dermatologue et une cosmétologue nous expliquent ses bienfaits pour notre peau.

 

Vous la cherchez dans les oranges ou les kiwis. Vous la croquez en comprimés quand la fatigue hivernale et les microbes approchent. Mais savez-vous que la vitamine C est aussi présente dans notre peau et qu’elle y joue deux rôles importants ?

Dans l’épiderme, elle est un puissant antioxydant qui préserve les cellules des dégâts induits par les UVA. Grâce à elle, la peau se défend mieux contre les radicaux libres, cause de vieillissement cutané.

Dans le derme, elle est nécessaire à la synthèse du collagène, principal constituant de la peau. Si elle vient à manquer, le tissu cutané se détériore.

Or, l’équipe Biologie cutanée que dirige le Pr Humbert au sein de l’unité Inserm U645 a montré que nous avons deux fois moins de vitamine C dans la peau à 60 ans qu’à 20 ans.

La vitamine C est utilisée par les labos comme actif anti-âge

Les laboratoires se sont donc mis à l’utiliser comme actif anti-âge. Et ça marche.

« La vitamine C en application topique diminue les signes du vieillissement à la surface de la peau et stimule la synthèse de collagène de près de 25 % au niveau du derme », explique le Pr Humbert. Elle est active sous sa forme “lévogyre” (cette forme existe dans la nature) à une concentration d’au moins 5 %.

« Son plus gros problème est son instabilité », précise Christine Lafforgue, cosmétologue et maître de conférence à l’Université Paris-XI. C’est pourquoi un cosmétique avec de la vitamine C efficace et stable coûte un certain prix. Pour nous, elle décode les valeurs sûres et les nouveaux produits.

Sélection de produits à la vitamine C

Le sérum Flavo-C d’Auriga international contient 8 % de vitamine C libre.

La crème Liftactiv CxP de Vichy joue la carte de la vitamine C en libération continue, inspirée des médicaments à libération prolongée.

.

Le Fluide énergisant lumière Activ Eclat de Gatineau apporte une vitamine C encapsulée dans des sphères de collagène pour la protéger de l’oxydation.

contre les radicaux libres. L’idéal pour un soin de jour. Environ 39 € les 30 ml.

Le soin éclaircissant contour des yeux Shiseido White Lucency cible les taches brunes et les taches de rousseur.

 

Read More

J’aime l’olive Ou plutôt c’est l’olive qui m’aime et me rend belle.

J’aime l’olive Ou plutôt c’est l’olive qui m’aime et me rend belle.

On parle beaucoup des vertus de l’huile d’olive. Mais commençons par les vertus de l’olive tout court, reconnues depuis des millénaires dans le bassin méditerranéen où elle se développe, notamment en Espagne.

Pour une peau toujours jeune
L’olive est généreuse en anti-oxydants et notamment en vitamine E. En piégeant puis en dégradant les radicaux libres, les anti-oxydants jouent un rôle majeur contre le vieillissement prématurés des tissus. Ils évitent ainsi la diminution des capacités hydratantes des tissus, la dégradation du collagène et l’accentuation des rides. La vitamine E en particulier protège des U.V. et accélère la guérison des coups de soleil. Elle améliore la microcirculation cutanée, facilitant l’apport de nutriments et l’évacuation des déchets. Elle augmente la capacité de rétention d’eau de la peau, diminuant l’amplitude des rides. Petite précision, l’olive noire contiendrait 3 à 4 fois plus de composés phénoliques que l’olive verte et posséderait donc une plus grande capacité anti-oxydante.

Pour une peau souple et élastique
Les olives sont très riches en lipides, 75 % étant sous forme d’acides gras essentiels mono-insaturés. Constituants importants des graisses des membranes des cellules de la peau, les Acides gras essentiels participent à la fabrication de molécules anti-inflammatoires et immunitaires. Sans eux, la peau carencée en acides gras perd de sa souplesse et de son élasticité. L’épaisseur de sa structure diminue et une fragilité des capillaire est perceptible.

Bons plans beauté des olives d’Algérie
L’olive réserve bien des surprises en bienfaits en tant qu’alicaments sur l’organisme et aussi dans les cosmétiques.

 

Read More

Injections et médecine esthétique : par où commencer ?

Avant de se lancer, voici ce qu’il faut savoir.
Ride du lion ou sillons, manque d’éclat ou de fermeté, ovale flou…

Les signes de l’âge s’installent progressivement selon une chronologie, du haut vers le bas du visage. Pour autant, nos ne réagissons pas toutes de la même façon à leur apparition. La jeune femme qui découvre sa première ride voudra qu’elle disparaisse. La femme plus mature sait qu’une ride n’est pas si dramatique et traquera plutôt le relâchement .

Une question d’âge alors ? Pas seulement. Le vieillissement dépend plus de la morphologie et de facteurs extérieurs comme le milieu social, le poids, l’alimentation. Surtout, sa perception est très variable. Certaines trentenaires consultent par prévention, convaincues des bénéfices de la médecine esthétique sur leur mère, superbe, quand des quadras freinent par peur de ressembler à une tante ou à une amie qui en fait trop. A tout âge, on voit des femmes venir pour un premier traitement .

Ce qui les gêne ? 80 % se plaignent d’une expression négative : fatigue, tristesse, sévérité ou anxiété. Dans un visage, il y a toujours une zone de fragilité prioritaire…

La qualité de la peau

On s’en soucie à tout âge, un bon réflexe. Les jeunes femmes qui sortent beaucoup ou viennent d’avoir un bébé déplorent leur air fatigué alors qu’elles se sentent en forme. Elles se rendent compte que leur peau change, qu’elle n’a plus la même densité, surtout après le bouleversement hormonal. Leur demande : avoir bonne mine.

Même préoccupation chez les quadras contrariées par leur image dans le miroir, surtout quand elles ont abusé du soleil ou de la cigarette. Quant aux quinquas, peu s’habituent au manque de fermeté et d’éclat de leur peau. A chaque problématique sa solution ciblée.

Parfois, les médecins combinent les techniques : peeling superficiel à l’acide glycolique ou laser fractionné pour dégriser un teint terne et resserrer les pores ; multi-injections superficielles d’acide hyaluronique non réticulé parfois associé à des vitamines (mésothérapie) pour repulper une peau déshydratée ; laser pour dégommer des taches isolées…
Sans oublier le traitement cosmétique de fond prescrit par le médecin, crème aux acides de fruits (AHA), à la vitamine C ou à la vitamine A acide : plus costaud qu’un soin anti-âge lambda, à suivre pendant trois à six mois pour restaurer ou maintenir une belle qualité de peau.

Le front

Ce qui gêne le plus souvent ?
Cette fameuse ride du lion fichée entre les sourcils qui donne l’air sévère ou anxieux. Si elle se marque au fil des années et dérange autour de la quarantaine, elle peut s’installer dès 30 ans chez des personnes très expressives. La parade ? Une injection de toxine botulique pour relaxer les muscles responsables de ces rides d’expression. A partir de 30 ans, le médecin traitera aussi les rides horizontales et la région du sourcil pour bien ouvrir le regard. Quand on est réfractaire à la fameuse toxine, une injection d’acide hyaluronique peut combler la cassure de la peau.

Le contour des yeux

Dans cette zone hyper mobile, la peau très fine se marque facilement. Passé 30 ans, une femme sur deux se dit préoccupée par son contour de l’oeil. Il n’est pas rare qu’une jeune femme consulte pour ses cernes colorés, pour lesquels le médecin ne peut rien. En revanche, il les comblera avec de l’acide hyaluronique injecté en profondeur quand ils sont creux. Une intervention délicate réservée aux pros de l’injection. Vers 30/35 ans, les femmes viennent aussi pour des détails, comme une petite fripure au niveau de la paupière inférieure qui leur donnera l’air fatigué. Des séances de mésothérapie ou de laser fractionné peuvent atténuer ces fines ridules.

Les rides de la patte-d’oie

On s’en soucie autour de 40 ans, rarement après 50. Ce sont des rides du sourire. Une  Une injection de toxine botulique va les diminuer, et repositionner un sourcil qui tombe un peu. On peut aussi lisser ces ridules avec un laser fractionné qui stimule la production de collagène, donc redensifier la peau. Quand les paupières supérieures tombent ou qu’on ne supporte plus ses poches, seule une chirurgie rajeunira le regard, à partir de 45/50 ans.

Le milieu du visage

Passé 40 ans, c’est l’objet de toute notre attention. Et on consulte d’abord pour se débarrasser de sillons nasogéniens marqués, il est alors conseillé de les injecter. Pourtant, petit à petit, on ne voit plus que ça dans le miroir. C’est parce que les tissus situés au-dessus ont glissé, ce qui les alourdit. L’idée est d’injecter de l’acide hyaluronique au niveau de la vallée des larmes, des joues et des pommettes pour les atténuer. Quand le visage s’est émacié, la restauration des volumes est le traitement phare de « l’air fatigué » : elle consiste à injecter un produit volumateur pour compenser la fonte de graisse au niveau des pommettes et des joues et retrouver ainsi une bonne structure de visage.

La bouche

Même quand une jeune femme a très envie de lèvres plus pulpeuses, elle consulte rarement pour ça, car elle craint de se retrouver avec une grosse bouche. Celles qui ont les lèvres fines de leur mère passent parfois le cap. Le médecin redessine l’ourlet avec de l’acide hyaluronique, en injecte un peu dans le vermillon pour réhydrater les lèvres, ou un peu plus pour les augmenter. Passé 40 à 45 ans, c’est le dessus de la lèvre supérieure et ses ridules qui contrarient fumeuses, championnes de la mimique et fans de bronzage. Pour défroisser ce « plissé soleil » ou « code-barres », le médecin a le choix entre injecter une faible dose de toxine botulique ou un acide hyaluronique très fluide et peu hydrophile pour éviter un résultat bombé peu naturel.

Quand les ridules sont fines et peu nombreuses, le réourlage de la lèvre à l’acide hyaluronique peut suffire à les atténuer. Si elles sont plus marquées et nombreuses, un peeling moyen à l’acide trichloracétique (TCA) ou un laser fractionné est plus radical si on accepte 3 à 4 jours de cicatrisation. Et quand le coin des lèvres s’affaisse, ce qui donne l’air triste, la solution passe par un comblement à l’acide hyaluronique pour redresser chacun d’eux et positiver l’expression.

Le bas du visage

Il commence à nous obnubiler vers 45 ans.Il n’y a pas plus énervant que ces petites bajoues qui s’installent ou cet ovale qui se floute. Pour restaurer une bonne densité de peau, les médecins proposent des traitements à effet tenseur dit de « skintightening » avec des appareils de radiofréquence ou de lumière intense pulsée (IPL), des lasers de réjuvénation (de type Nd-Yag) ou fractionnés. Pour que la peau continue de fabriquer du collagène, il faut chauffer et stimuler, stimuler, stimuler. Ce sont des traitements au long cours, la peau redevient plus costaude. Ce n’est pas que de la prévention, on voit l’amélioration au niveau des fines ridules et du froissement des joues.
Autre technique pour contrer la perte de fermeté et préserver l’ovale ?
Les injections maîtrisées de produits volummateurs qui freinent le relâchement des traits. S’il n’y a pas un excès de peau important que seul un lifting facial corrigera.

Le décolleté

Quand on a abusé du soleil, le décolleté se fripe et se tache dès 40 ans. Le laser va traiter les taches installées, les séances de mésothérapie (acide hyaluronique faiblement réticulé) réhydrateront bien la peau, en complément d’un traitement cosmétique éclaircissant au long cours et d’une protection solaire carabinée.
A partir de 40 ans, c’est malin de freiner la perte de densité de la peau de cette zone fragile : plusieurs séances de radiofréquence, de laser de réjuvénation ou de laser fractionné vont chauffer la peau et stimuler la production de collagène.

Le cou

On peut consulter un chirurgien pour le retendre, vers 55/60 ans, sans avoir jamais rien fait pour ses rides. Le plus souvent, il proposera un lifting cervicofacial pour redessiner aussi l’ovale.
Le lifting du cou seul s’envisage quand on a fait des injections pour maintenir une bonne structure de la partie moyenne du visage ou quand on a déjà fait un lifting facialUne injection de toxine botulique peut atténuer des cordes platysmales marquées, souvent chez une femme mince.

 

Read More

Comment gommer la ride du lion ?

C’est quoi cet air renfrogné qui ne nous quitte plus alors qu’hier encore on nous complimentait sur notre expressivité ? Cette barre au milieu du front, plus communément appelée ride du lion, aurait tendance à durcir -avec le temps- notre visage… Le point sur les méthodes pour agir.

Certaines marques du temps impriment sur notre visage un air sévère, voir fatigué, dont on se passerait bien.

Parmi elles, la ride du lion.

C’est quoi la ride du lion ?

C’est l’ensemble des rides verticales inter-sourcilières qui se situent entre les sourcils, dans la région que l’on appelle la glabelle.

Ces rides sont générées par la contraction de trois muscles que l’on appelle procérus et corrugateur. Et ces petits muscles, dont la puissance varie d’une personne à l’autre, peuvent apparaître assez tôt chez certains (pas de chance !)

Comment prévenir ces rides d’expression ?

D’après le Dr Claude Levy, spécialiste en Chirurgie de la face, il ne faut pas attendre que les rides s’installent afin d’agir sur la cause plutôt que sur les conséquences.

« La cause de ces rides est la contraction musculaire. Donc si l’on paralyse le muscle, il n’y a plus de rides », précise-t-il.

Une notion de « timing esthétique » qui prend tout son sens dès lors que le traitement ne va pas effacer la ride ou la traiter, mais l’empêcher d’exister.

Et de rajouter : « Ce sujet fait polémique aux États-Unis car les Américains ont voulu traiter ces rides très jeune. Mais force est de constater qu’ils n’ont pas totalement tort si on tient compte du fait que plus la peau présente sur le muscle va être sollicitée, plus elle risque de se fracturer ».

La toxine botulique, un traitement efficace

Ce traitement esthétique existe depuis des années et sa maitrise a évolué depuis : « On sait aujourd’hui qu’il est mieux de faire des nappages en couvrant la zone avec de petites quantités plutôt que de mettre de grosses doses. »

À l’origine de sa découverte il y a une trentaine d’années, la toxine botulique est utilisée dans le traitement des maladies neurologiques. Elle induit une faiblesse des muscles hyperactifs injectés, sans pour autant affecter leur fonctionnement normal.

Le Dr Claude Levy explique : « On connaît la toxine depuis la fin des années 70, elle était initialement utilisée à des fins thérapeutiques en ophtalmologie et en neurologie, à des doses dix fois supérieures que ce qu’on utilise en médecine esthétique. Avec certains patients ayant des pathologies qui sont traités avec de la toxine botulique depuis 30 ans et qui n’ont pas révélé de toxicité. Les accidents restent rares. »

Comment ça se passe ? Ce traitement se fait obligatoirement chez un médecin (chirurgiens maxillo faciaux, chirurgiens esthétiques, ophtalmologues, ORL et les dermatologues).

Lors de la consultation, le médecin injecte de la toxine botulique au moyen d’une seringue. La toxine vient à l’endroit où le nerf arrive sur le muscle et génère la contraction musculaire. Son effet de la toxine est limité dans le temps.

On pense à informer le médecin si l’on prend des médicaments anticoagulants ou si l’on est atteint d’une maladie neuromusculaire.

L’acide hyaluronique pour effacer la ride du lion : bonne idée ? 

Le traitement consiste à agir sur la ride elle-même en remplissant par de l’acide hyaluronique. Les injections intradermique doivent rester superficielles, c’est-à-dire juste en soulevant la ride.

Mais à cause de la complexité des muscles, l’injection d’acide hyaluronique est néanmoins déconseillée par le Dr Claude Levy, qui met en garde contre l’utilisation massive de comblement dans cette zone.

« Des nécroses se sont déclarées lors d’un remplissage de la ride du lion, parce que la vascularisation de cette zone est telle que l’on risque des nécroses. Cela est interdit. Par ailleurs, dans cette zone il y a des connexions avec l’artère centrale de la rétine et il y a même des cécités qui ont été décrites. Il y a donc des accidents gravissimes qui existent. »

Read More

Traitement des vergetures au laser

Les vergetures sont fréquentes et communes. Les traitements sont peu nombreux et d’effet limité. Elles apparaissent principalement pendant la grossesse ou l’adolescence, ou après des séances de musculation.

On les retrouve dans les zones de tension (les épaules), ou dans les régions graisseuses (face postérieure des bras, seins, ventre, fesses, cuisses). Elles sont rouges au départ (c’est le moment où l’on peut agir). Puis elles blanchissent et prennent un aspect en creux. Elles correspondent à une perte de fibres élastiques qui se sont cassées suite à la pression.

Les causes sont multiples

Au cours de la grossesse, elles apparaissent autour du ventre. Chez les femmes à peau claire elles sont rouges-violettes, larges et  épaisses. Elles sont foncées pour les femmes à peaux mates.

L’obésité est la 2ème cause. Les vergetures se situent sur les hanches, les cuisses. Elles sont d’autant plus marquées et nombreuses que la prise de poids a été rapide ou secondaire à des problèmes endocriniens.

Le surentraînement sportif surtout à l’adolescence est responsable de vergetures des cuisses ou du dos. La cortisone en comprimés ou en crème peut entraîner des vergetures larges, et définitives.

Les traitements sont peu efficaces

On commence par le contrôle de la prise de poids en cas d’obésité, la musculation abdominale après la grossesse. Les massages sont inutiles voire déconseillés. Des crèmes à la vitamine A acide (tretinoïne à 0,1%) utilisées normalement dans l’acné des adolescents diminuent de 1/3 l’évolution des vergetures. Ces crèmes sont souvent irritantes et mal tolérées.

Les vergetures pourpres ou blanches ont été traitées par laser à colorant pulsé avec des succès marginaux. Les peaux foncées nécessitent des précautions. 39 patientes ayant des vergetures depuis 14 ans ont été traitées. Subjectivement, les vergetures ont repris l’apparence de la peau normale. Objectivement, l’analyse d’empreintes révèle une amélioration, avec une similitude par rapport à la peau normale. Histologiquement, les colorations montrent que le laser à colorant pulsé à faible fluence permet aux vergetures d’avoir un contenu en fibres élastiques normal en comparaison avec la peau saine 8 semaines après traitement. Les lasers fractionnés ont aussi été proposés .

 

Read More

Injection d’acide hyaluronique en comblement des rides

L’acide hyaluronique est un des éléments naturels de la substance fondamentale de notre peau. Il attire l’eau comme une éponge et contribue ainsi à l’hydratation cutanée. Dans cette présentation, nous allons vous parler de son utilisation en esthétique, vous renseigner sur les tarifs pratiqués, la durée du traitement et vous donner l’avis de notre association de médecins sur ce soin.

En bas de page, vous trouverez un lien vers notre outil de mise en relation avec des médecins de l’AFME. Vous pourrez poser vos questions sur les injections d’acide hyaluronique à un praticien dans votre ville (Paris, Lyon, Marseille, Bordeaux, etc…) ou région. Accédez aussi à des fiches de présentation d’autres traitements de médecine esthétique pour le visage qui permettent également de gommer les rides (toxine botulique, injections d’autres produits, lasers…).

L’acide hyaluronique en médecine esthétique

Il est utilisé comme implant de comblement, parfaitement toléré et résorbable, dans le traitement des rides du visage et du cou depuis plus de 20 ans. Ce sont les injections de comblement des rides à l’acide hyaluronique. Une fois injecté précisément, le produit va corriger et atténuer les rides.

Il peut aussi modifier des volumes, depuis l’apparition d’acides hyaluroniques plus épais et plus concentrés.

En principe, aucun test n’est nécessaire car ce n’est pas une substance allergisante. Aujourd’hui, les bons produits sont très purs et les allergies sont rarissimes.

Les différents laboratoires proposent maintenant de nombreux variantes du produit, à des concentrations et des viscosités variables. Ils s’adaptent ainsi aux différentes indications (remodelage des volumes du visage, lissage des rides fines ou encore revitalisation et réhydratation cutanées) mais aussi aux différents types de peau.

Les types d’injections d’acide hyaluronique

Le comblement des rides

Pour combler ou lisser une ride, l’injection est très superficielle (1 à 2 mm). Elle se fait à l’aide d’une aiguille très fine permettant l’effacement immédiat des rides et sillons, sans sur-correction. Ainsi le résultat est immédiat. Le médecin doit savoir varier la profondeur d’implantation du produit pour obtenir l’effet désiré (lissage d’une ride superficielle, remplissage d’une ride profonde ou d’un sillon).

 

L’expérience du praticien fait toute la différence dans les résultats obtenus en injectant de l’acide hyaluronique.

Une séance complémentaire peut être nécessaire au bout de 3 à 6 semaines, surtout s’il s’agit de la première fois que l’on traite la zone.

Les zones les plus concernées par ce type d’injections sont :

  • sillons naso-géniens (de chaque côté de la bouche)
  • rides de la lèvre supérieure
  • rides d’amertume (des coins de la bouche vers le bas)
  • rides jugales (verticales au milieu des joues)
  • rides du lion entre les sourcils
  • rides de la patte d’oie (si elles sont asses profondes)…

En théorie, toute cassure du derme formant une ride peut se remplir avec de l’acide hyaluronique. Toutefois, les très fines rides sous les paupières inférieures (sous-orbitaires) ne se corrigent pas par injections de comblement car la peau est trop fine pour intégrer un produit suffisamment épais pour tenir dans le temps.

De même, une peau des joues totalement flétrie et parsemée de fines ridules ne se traite généralement pas par injections de comblement, quel que soit le produit injecté.

Le remodelage des volumes

Pour redonner des volumes perdus à un visage, le médecin emploiera plus volontiers une aiguille à bout mousse (micro-canule) pour éviter les ecchymoses. En effet, les injections sont, dans ce cas, plus profondes et le risque de bleus est plus important, surtout avec les aiguilles classiques.

Il faut généralement des quantités d’acide hyaluronique concentré plus importantes. Le coût est donc plus élevé.

On peut alors couramment :

  • ourler les lèvres et repulper la bouche
  • remplir des joues ou des pommettes
  • corriger le nez ou le menton
  • combler des tempes trop creuses
  • remplir des cernes, etc…

En savoir plus sur la correction des volumes d’un visage>

Avantages de l’acide hyaluronique

Le produit est quasiment « naturel » car identique à celui du corps humain. L’effet de l’injection de comblement est immédiat. Il y a peu ou pas de suites gênantes. Si le médecin est délicat, les bleus ou ecchymoses sont rares.
L’acide hyaluronique n’est pas allergisant donc il n’y a pas à tester le produit avant la séance d’injections.

Entretien des résultats

Il est bon de renouveler l’injection de comblement tous les six à neuf mois, parfois moins dans les premières séances. De préférence, on n’attend pas que les rides ou les sillons réapparaissent complètement mais on cherche à conserver les résultats.

Les produits utilisés pour remodeler les volumes (pommettes, tempes, lèvres, correction du nez, sillons profonds…) durent plus longtemps : 12 à 18 mois selon les personnes et les produits utilisés.

Inconvénients, complications

De petites rougeurs et gonflements au niveau des rides traitées peuvent se voir (selon les peaux) et persister de quelques heures à quelques jours après l’injection. L’acide hyaluronique se résorbe plus ou moins vite et nécessite des séances régulières mais, en général, l’effet se maintient de mieux en mieux, au fil des séances.

Parfois un fin cordon peut se sentir sur le trajet des rides superficielles traitées (surtout sur les peaux fines). Il s’efface en quelques jours sauf si le médecin a vraiment injecté trop d’acide hyaluronique (sur-correction). Dans ce cas il faudra dissoudre ce produit.

Les effets secondaires graves sont très rares avec les bons acides hyaluroniques à disposition des médecins aujourd’hui. On a pu voir exceptionnellement :

  • des démangeaisons pendant quelques semaines,
  • des cordons bleutés,
  • des granulomes (induration, gonflement et rougeur locale).

Ces effets sont normalement réversibles. Il est possible de dissoudre rapidement l’acide hyaluronique implanté en injectant un produit spécifique : la hyaluronidase.

Prix des injections antirides à l’acide hyaluronique

Le prix d’une seringue injectée varie de 250 à 360 € suivant la difficulté du traitement, le type de produit et le temps passé. Quand plusieurs seringues sont nécessaires, le prix est généralement dégressif.

Utilisez notre outil de mise en relation pour contacter un praticien de notre association, il pourra ainsi vous renseigner directement sur les tarifs qu’il pratique.

L’avis de l’AFME sur les injections d’acide hyaluronique

Les grands progrès pour l’acide hyaluronique, par rapport à l’ancien collagène injectable, sont :
– meilleure durée des résultats dans le traitement des rides superficielles
– plus de maniabilité pour le remodelage du visage et résultats aussi plus durables.

Aujourd’hui les produits sont fiables (entre des mains expertes) et parfaitement tolérés. Les résultats sont immédiats et très satisfaisants si l’indication est bien choisie et le traitement bien fait.

Explorez notre site pour découvrir d’autres soins esthétiques pour le visage et le cou

Vous envisagez d’avoir recours à des soins esthétiques au niveau de votre visage et/ou de votre cou ? Sachez que les injections ne sont pas le seul traitement existant. En effet, cela peut se faire aussi avec d’autres types d’injections résorbables ou non. La toxine botulique (couramment appelée « botox ») est fréquemment employée. Utilisez le menu de notre site ou cliquez sur les liens présents dans cet article pour découvrir des fiches d’information complètes sur chacun de ces soins.

 

Read More