1er Centre Laser Medical & Esthetique Algerie

Opening Hours : Du samedi au jeudi- 8h à 18h
  Contact : 021 962 972 - 0550 886 409

All Posts in Category: Médecine esthétique

Pourquoi chercher à connaitre son type de peau ? Dr Bentoumi Alger

Type de peau Pourquoi chercher à connaitre son type de peau ? La connaissance de son type de peau permet de choisir au mieux les produits cosmétiques adaptés (crème anti rides, produits de toilette du visage… )

Quels sont les types de peau du visage Peau grasse : La peau grasse est caractérisée par une excrétion importante de sébum ( une substance grasse ayant principalement pour but de protéger la peau en formant un lm hydrolipidique à la surface de la peau) et la présence de glande sébacées de grande taille.

La peau grasse ou séborrhéique a donc le plus souvent un aspect luisant et épais. La peau grasse s’accompagne souvent d’acné (présence de points noirs, de comédons, de kystes… )

Peau mixte :

La peau mixte est caractérisée par une différence de texture de la peau du visage : La zone située autour du nez a une tendance grasse Et le reste du visage a une tendance sèche.

Peau sèche : La peau sèche est notamment caractérisée par une fragilité vis-à-vis des substances extérieures.

Peau sensible : La peau sensible ou irritable est notamment caractérisée par une extrême sensibilité vis-à-vis des substances extérieures, notamment les substances détergentes et agressives. Les peaux sensibles ont tendance à réagir à de nombreux cosmétiques.

Read More

Prendre soins de son visage

soins de beauté du visage par masques

A quoi servent les masques du visage ?

Les masques du visage sont des soins de la peau complémentaires à l’hygiène de la peau du visage et à l’application de crèmes sur le visage. Classiquement, on recommande de ne pas effectuer de masque du visage plus d’une à deux fois par semaine.

Les masques du visage s’effectuent sur une peau nettoyée avec un produit doux Le masque est ensuite éliminé en général par une nouvelle toilette du visage

Les masques sont des produits de beauté contenant différentes substances appliquées plusieurs minutes (en général une dizaine de minutes) en couche épaisse sur le visage.

Il existe différents types de masques dont les plus fréquents sont les

Masques hydratants, les masques apaisants, les masques tenseurs, les masques antitaches et les masques purifiants.

Les masques hydratants du visage

Les masques hydratants ont -comme leur nom l’indique- pour but d’ « hydrater » la peau. Ils ont donc pour fonction de lutter contre la peau sèche Les masques hydratants contiennent généralement des substances qui vont recouvrir la peau et l’empêcher de se perdre de l’eau (restauration du lm hydrolipidique

et des substances « hydratantes » qui vont s’accumuler dans la couche  superficielle de la peau (couche cornée)

Masques apaisants pour le visage Les masques apaisants ont pour but de lutter contre les irritations de la peau, les intolérances et les hypersensibilités de la peau du visage. Les masques apaisants contiennent généralement des substances ayant des propriétés « anti-inflammatoires » et des actifs « hydratants »

Masques tenseurs ou raffermissants pour le visage

Les masques tenseurs ou raffermissants ont pour but de lutter contre les ridules du visage.

Les masques tenseurs ou raffermissants contiennent généralement des substances ayant un effet « tenseur » ou « lifting » des substances éliminant les cellules Supervielle de la peau (« exfoliation ») du type acides de fruits et des actifs « hydratants »

Masques antitaches pour le visage

Les masques « antitaches » ont pour but de lutter contre les pigmentations de la peau et les taches brunes solaires. Les masques « antitaches » contiennent généralement des substances ayant des propriétés légèrement dépigmentantes et des substances éliminant les cellules supercielles de la peau (« exfoliation ») du type acides de

Masques purifiants pour le visage

Les masques « purifiants » ont pour but de lutter contre la séborrhée du visage (peau grasse et luisante, souvent associée à l’acné, aux pores dilatés… ). Les masques  purifiants» contiennent généralement des substances ayant pour propriété de réduire la séborrhée, d’absorber et de drainer le sébum (argile… ) des substances éliminant les cellules supercielles de la peau (« exfoliation ») du type acides de fruits V

Read More

Effacer les taches de rousseur

Pour effacer les taches déconconseille généralement

  1. D’éviter le soleil et de s’en protéger car les taches de rousseur apparaissent et s’aggravent au soleil

  2. Des crèmes ou lotions dépigmentantes

  3. Des moyens de destruction physique (azote liquide, laser, peeling…) Taches de rousseur

Diagnostic Les éphélides ou « taches de rousseur », de couleur claire (brun clair ou ocre), siègent avec prédilection sur les zones exposées au soleil du visage, du dos des

Elles sont accentuées lors des expositions solaires. Elles sont petite taille (quelques millimètres), de teinte brun clair, ocre. Apparaissant généralement dans l’enfance, elles sont permanentes, mais leur nombre augmente avec l’âge et leur coloration s’accentue après exposition solaire

. Elles prédominent chez les roux ou les blonds à phototype clair mais on peut en voir chez des bruns.

En général, les personnes ayant beaucoup de taches de rousseurs présentent une photosensibilité marquée.

Elles sont transmises sur un mode autosomique dominant (si un des deux parents en a, l’enfant en a s’il hérite du gène

Les techniques disponibles pour enlever les taches de rousseur :

Pour estomper ou tenter d’effacer les taches de rousseur, on peut utiliser deux groupes de méthodes :

Diminuer la pigmentation des taches de rousseur c’est l’utilisation des crèmes dépigmentantes ou hypopigmentantes

Détruire les taches de rousseur en utilisant le froid (cryothérapie), de l’acide (peelings), un laser contre les taches de rousseur ou une lampe flash

1/ Eviter le soleil L’exposition solaire est néfaste, elle aggrave toutes les pigmentations et elle peut accélérer la récidive des taches de rousseur traitées. La protection solaire est valable tant pendant le traitement des taches de rousseur que par la suite

2/ Les crèmes contre les taches de rousseur : Elles sont conseillées par le médecin. Elles peuvent soit : estomper la pigmentation présente (crèmes dépigmentantes

. Il convient de ne pas en appliquer trop longtemps et d’éviter la peau saine autour des taches, an de ne pas voir cette dernière s’éclaircir diminuer la formation de la mélanine (crèmes hypopigmentantes). Elles exposent donc moins à la dépigmentation des zones saines.

2.1/ Mequinol.

Le méquinol peut être irritant, donner des allergies de peau voire des pigmentations paradoxales ou des dépigmentations en confettis.

Le mequinol est contre indiqué

avant l’âge de 12 ans, chez les femmes enceintes ou qui allaitent. On l’applique au début deux fois par jour uniquement sur les zones plus foncées en évitant les zones de peau normale.

Le rythme des applications peut être réduit au fur et à mesure de l’amélioration (seulement le soir dès l’obtention d’une amélioration puis lorsque la dépigmentation est obtenue, il est préférable de poursuivre le traitement au moins une fois par semaine). son efficacité est transitoire : après obtention d’un résultat satisfaisant, la poursuite d’une application hebdomadaire est nécessaire pour éviter une repigmentation plus ou moins rapide.

Cependant, la durée totale de traitement ne devrait pas dépasser quatre mois, et on ne doit pas non plus traiter plus de 10 p. 100 de la surface corporelle. Les crèmes contenant du mequinol sont : Leucodinine B® pommade à 10 % Any® pommade à 8 % Crème des trois fl eurs d’Orient® pommade à 5 et 10 % Clairodermyl® pommade à 5 et 10 %… 2

.2/ Tretinoine

La trétinoïne ou vitamine A

Elle est irritante et provoque des rougeurs et des desquamations sur les zones d’application, voire une photosensibilisation

Elle est contre-indiquée pendant la grossesse et l’allaitement. Elle s’applique un jour sur deux en début de traitement, puis une fois par jour uniquement sur les taches de rousseur, si le patient le tolère (absence d’irritation 5/8 trois mois. Le traitement d’attaque dure six mois, puis un traitement d’entretien est poursuivi à raison de trois applications par semaine.

On peut la trouver à des dosages de 0,025, 0,05 et 0,10 %, en crème en lotion ou en gel. Rappelons que son usage dans les taches de pigmentation est hors AMM Effederm ® Ketrel ® Locacid ® Retacnyl ® Retin A ® Roaccutane gel

® 2.3/ Hydroquinone L’hydroquinone (1,4-dihydroxybenzène) est le dépigmentant le plus utilisé au Monde.

. Elle est utilisée à des concentrations de 2 à 5%.

Ses effets indésirables sont l’irritation, les allergies de peau et l’ochronose exogène lors d’utilisation prolongée de concentrations élevées.

En préparation magistrale, elle est souvent associée à la trétinoïne et à des corticoïdes (trio dépigmentant). C’est le principe de la formule bien connue de Kligman : hydroquinone 2 à 5% acide rétinoïque 0.05 ou 0,10% acétate de dexaméthasone 0,10% onguent hydrophile ou propylène glycol.

Cette préparation magistrale prescrite par les dermatologues doit être conservée au frais et à l’abri de la lumière. L’apparition d’une couleur brune est un signe d’oxydation. Elle est instable et elle est à renouveler après un mois. rousseur.htm

On l’applique deux fois par jour, pendant au moins 3 mois ; un traitement d’entretien est ensuite nécessaire.

Les traitements exfoliants et dépigmentants contre les taches de rousseur Ils se déroulent généralement en hiver, à distance du soleil

. 3.1/ La cryothérapie (azote liquide ou neige carbonique) on congèle légèrement la peau avec de l’azote liquide ou de la neige carbonique. D’exfolier la peau.

La cryothérapie peut donner lieu à des séquelles dyschromiques à type de taches blanches ou de taches noires

. 3.2/ Les peelings Les peelings permettent un décapage épidermique à base d’acides de fruits (AHA) à forte concentration, (acide glycolique de 20 à 70%) seul ou en association avec les acides kojique et trichloracétique voire 4 % d’hydroquinone.

Le laser contre les taches de rousseur Il s’agit souvent d’une association de laser pigmentaire et de laser ablatif

3.4/ La lampe fl ash (lumière intense pulsée)

La lampe flash est souvent utilisée pour traiter de grandes zones (visage entier, dos des mains) et y effacer les taches de rousseur

Tous ces traitements sont suivis de marques sur la peau pendant en moyenne une semaine (croûtes, rougeurs, peau à vif… ) et il convient durant cette période de se protéger du soleil et d’appliquer des crèmes grasses aidant la peau à cicatriser.

De plus, il ne faut pas perdre de vue que les taches de rousseur sont génétiquement déterminées, elles auront donc tendance à revenir dès les expositions solaires. Chercher à les enlever à long terme est donc illusoire, au prix d’un risque de cicatrice

Read More

Protection solaire : Que choisir ? Dr bentoumi Alger

Protection solaire : Que choisir ?

Bien que très agréables et bénéfiques par certains aspects (synthèse de vitamine D, action antidépressive…), les expositions solaires répétées sont malheureusement responsables de la majorité des cancers cutanés et du vieillissement cutané.

On admet aujourd’hui que les ultraviolets A et B participent à parts égales dans l’apparition de ces dommages UV-induits. Pour se protéger efficacement contre l’ensemble du spectre UV il faut avant tout éviter les expositions aux heures d’ensoleillement maximum (12h-16h) et privilégier la protection vestimentaire (vêtements couvrants, chapeaux et lunettes de soleil).

Produits de protection solaire : un sentiment de fausse sécurité

Les produits de protection solaire ne bloquent jamais le rayonnement UV à 100% et leur bénéfices en termes de protection contre les cancers cutanés dans les conditions de la vie réelle ne sont à ce jour pas démontrés. Ils ne doivent donc en aucun cas permettre de prolonger les expositions solaires. En effet, lesproduits de protection solaire ont aujourd’hui atteints des qualités technologiques apportant une protection très efficace contre le coup de soleil , donnent au consommateur un sentiment de fausse sécurité vis-à-vis des dommages à long terme (cancers et vieillissement cutané).

Ces produits sont composés de filtres chimiques et/ou minéraux très souvent associés à des molécules antioxydantes.

Les produits de protection solaire doivent obéir aux recommandations qui ont été établies en 2006 par la législation européenne (notifiée sous le N°C(2006)4089 JO L265 du 26 /09/2006). Ces recommandations concernent à la fois la fabrication et la qualité des produits mais aussi l’étiquetage afin de faciliter le choix du consommateur et sont facilement consultables sur le site de l’Afssaps.

 

Renouveler les applications en cas d’exposition solaire

Ces produits sont tenus d’offrir une protection correcte et la plus équilibrée possible contre les UVB et les UVA. Ils doivent présenter des qualités de résistance à l’eau et à la sudation et une bonne photostabilité. Ils doivent être appliqués en quantité suffisante en sachant que le facteur de protection solaire(FPS) affiché est obtenu par application d’une couche de 2mg/cm² (il faut environ 20g pour un corps entier). En pratique toutes les études montrent que la quantité moyenne appliquée est de 0.5mg/cm².

Les applications doivent être renouvelées après chaque baignade et très régulièrement en cas d’exposition solaire prolongée. La législation européenne a imposé aux industriels de limiter le marketing à 4 catégories de produits selon leur FPS : protection faible (FPS 6 ou 10), protection moyenne (FPS 15, 20 ou 25), protection haute (FPS 30 ou 50) et très haute protection (FPS 50+).

Quelle protection solaire choisir et quel FPS ?

Crème solaire, lait, spray… Les produits de protections solaires se présentent sous différentes formules, alors comment choisir ? Le choix de la forme galénique dépend de la zone d’application. Un lait, plus fluide qu’une crème, ou un spray solaire sera plus facile à appliquer sur le corps alors qu’une crème est plus adaptée pour le visage, le cou et le décolleté. Les sticks sont très pratiques pour la protection des lèvres mais aussi du nez et des cicatrices. Le choix du FPS doit être adapté au phototype de la personne (défini par la sensibilité à prendre des coups de soleil et la capacité à bronzer) et au type d’exposition solaire (montagne, tropiques, plaine …).

Afin d’aider le consommateur l’Afssaps propose des recommandations qui tiennent compte des 2 facteurs, phototype et type d’exposition solaire. Un FPS de 20-30 apparaît suffisant pour la majorité des expositions « courantes » chez les personnes de phototype 3, le plus fréquent en France. Les FPS 50+ sont à réserver aux patients atteints de photodermatoses et aux conditions d’expositions extrêmes (glacier, tropiques).

 

Read More

J’aime l’olive Ou plutôt c’est l’olive qui m’aime et me rend belle.

J’aime l’olive Ou plutôt c’est l’olive qui m’aime et me rend belle.

On parle beaucoup des vertus de l’huile d’olive. Mais commençons par les vertus de l’olive tout court, reconnues depuis des millénaires dans le bassin méditerranéen où elle se développe, notamment en Espagne.

Pour une peau toujours jeune
L’olive est généreuse en anti-oxydants et notamment en vitamine E. En piégeant puis en dégradant les radicaux libres, les anti-oxydants jouent un rôle majeur contre le vieillissement prématurés des tissus. Ils évitent ainsi la diminution des capacités hydratantes des tissus, la dégradation du collagène et l’accentuation des rides. La vitamine E en particulier protège des U.V. et accélère la guérison des coups de soleil. Elle améliore la microcirculation cutanée, facilitant l’apport de nutriments et l’évacuation des déchets. Elle augmente la capacité de rétention d’eau de la peau, diminuant l’amplitude des rides. Petite précision, l’olive noire contiendrait 3 à 4 fois plus de composés phénoliques que l’olive verte et posséderait donc une plus grande capacité anti-oxydante.

Pour une peau souple et élastique
Les olives sont très riches en lipides, 75 % étant sous forme d’acides gras essentiels mono-insaturés. Constituants importants des graisses des membranes des cellules de la peau, les Acides gras essentiels participent à la fabrication de molécules anti-inflammatoires et immunitaires. Sans eux, la peau carencée en acides gras perd de sa souplesse et de son élasticité. L’épaisseur de sa structure diminue et une fragilité des capillaire est perceptible.

Bons plans beauté des olives d’Algérie
L’olive réserve bien des surprises en bienfaits en tant qu’alicaments sur l’organisme et aussi dans les cosmétiques.

 

Read More

Injections et médecine esthétique : par où commencer ?

Avant de se lancer, voici ce qu’il faut savoir.
Ride du lion ou sillons, manque d’éclat ou de fermeté, ovale flou…

Les signes de l’âge s’installent progressivement selon une chronologie, du haut vers le bas du visage. Pour autant, nos ne réagissons pas toutes de la même façon à leur apparition. La jeune femme qui découvre sa première ride voudra qu’elle disparaisse. La femme plus mature sait qu’une ride n’est pas si dramatique et traquera plutôt le relâchement .

Une question d’âge alors ? Pas seulement. Le vieillissement dépend plus de la morphologie et de facteurs extérieurs comme le milieu social, le poids, l’alimentation. Surtout, sa perception est très variable. Certaines trentenaires consultent par prévention, convaincues des bénéfices de la médecine esthétique sur leur mère, superbe, quand des quadras freinent par peur de ressembler à une tante ou à une amie qui en fait trop. A tout âge, on voit des femmes venir pour un premier traitement .

Ce qui les gêne ? 80 % se plaignent d’une expression négative : fatigue, tristesse, sévérité ou anxiété. Dans un visage, il y a toujours une zone de fragilité prioritaire…

La qualité de la peau

On s’en soucie à tout âge, un bon réflexe. Les jeunes femmes qui sortent beaucoup ou viennent d’avoir un bébé déplorent leur air fatigué alors qu’elles se sentent en forme. Elles se rendent compte que leur peau change, qu’elle n’a plus la même densité, surtout après le bouleversement hormonal. Leur demande : avoir bonne mine.

Même préoccupation chez les quadras contrariées par leur image dans le miroir, surtout quand elles ont abusé du soleil ou de la cigarette. Quant aux quinquas, peu s’habituent au manque de fermeté et d’éclat de leur peau. A chaque problématique sa solution ciblée.

Parfois, les médecins combinent les techniques : peeling superficiel à l’acide glycolique ou laser fractionné pour dégriser un teint terne et resserrer les pores ; multi-injections superficielles d’acide hyaluronique non réticulé parfois associé à des vitamines (mésothérapie) pour repulper une peau déshydratée ; laser pour dégommer des taches isolées…
Sans oublier le traitement cosmétique de fond prescrit par le médecin, crème aux acides de fruits (AHA), à la vitamine C ou à la vitamine A acide : plus costaud qu’un soin anti-âge lambda, à suivre pendant trois à six mois pour restaurer ou maintenir une belle qualité de peau.

Le front

Ce qui gêne le plus souvent ?
Cette fameuse ride du lion fichée entre les sourcils qui donne l’air sévère ou anxieux. Si elle se marque au fil des années et dérange autour de la quarantaine, elle peut s’installer dès 30 ans chez des personnes très expressives. La parade ? Une injection de toxine botulique pour relaxer les muscles responsables de ces rides d’expression. A partir de 30 ans, le médecin traitera aussi les rides horizontales et la région du sourcil pour bien ouvrir le regard. Quand on est réfractaire à la fameuse toxine, une injection d’acide hyaluronique peut combler la cassure de la peau.

Le contour des yeux

Dans cette zone hyper mobile, la peau très fine se marque facilement. Passé 30 ans, une femme sur deux se dit préoccupée par son contour de l’oeil. Il n’est pas rare qu’une jeune femme consulte pour ses cernes colorés, pour lesquels le médecin ne peut rien. En revanche, il les comblera avec de l’acide hyaluronique injecté en profondeur quand ils sont creux. Une intervention délicate réservée aux pros de l’injection. Vers 30/35 ans, les femmes viennent aussi pour des détails, comme une petite fripure au niveau de la paupière inférieure qui leur donnera l’air fatigué. Des séances de mésothérapie ou de laser fractionné peuvent atténuer ces fines ridules.

Les rides de la patte-d’oie

On s’en soucie autour de 40 ans, rarement après 50. Ce sont des rides du sourire. Une  Une injection de toxine botulique va les diminuer, et repositionner un sourcil qui tombe un peu. On peut aussi lisser ces ridules avec un laser fractionné qui stimule la production de collagène, donc redensifier la peau. Quand les paupières supérieures tombent ou qu’on ne supporte plus ses poches, seule une chirurgie rajeunira le regard, à partir de 45/50 ans.

Le milieu du visage

Passé 40 ans, c’est l’objet de toute notre attention. Et on consulte d’abord pour se débarrasser de sillons nasogéniens marqués, il est alors conseillé de les injecter. Pourtant, petit à petit, on ne voit plus que ça dans le miroir. C’est parce que les tissus situés au-dessus ont glissé, ce qui les alourdit. L’idée est d’injecter de l’acide hyaluronique au niveau de la vallée des larmes, des joues et des pommettes pour les atténuer. Quand le visage s’est émacié, la restauration des volumes est le traitement phare de « l’air fatigué » : elle consiste à injecter un produit volumateur pour compenser la fonte de graisse au niveau des pommettes et des joues et retrouver ainsi une bonne structure de visage.

La bouche

Même quand une jeune femme a très envie de lèvres plus pulpeuses, elle consulte rarement pour ça, car elle craint de se retrouver avec une grosse bouche. Celles qui ont les lèvres fines de leur mère passent parfois le cap. Le médecin redessine l’ourlet avec de l’acide hyaluronique, en injecte un peu dans le vermillon pour réhydrater les lèvres, ou un peu plus pour les augmenter. Passé 40 à 45 ans, c’est le dessus de la lèvre supérieure et ses ridules qui contrarient fumeuses, championnes de la mimique et fans de bronzage. Pour défroisser ce « plissé soleil » ou « code-barres », le médecin a le choix entre injecter une faible dose de toxine botulique ou un acide hyaluronique très fluide et peu hydrophile pour éviter un résultat bombé peu naturel.

Quand les ridules sont fines et peu nombreuses, le réourlage de la lèvre à l’acide hyaluronique peut suffire à les atténuer. Si elles sont plus marquées et nombreuses, un peeling moyen à l’acide trichloracétique (TCA) ou un laser fractionné est plus radical si on accepte 3 à 4 jours de cicatrisation. Et quand le coin des lèvres s’affaisse, ce qui donne l’air triste, la solution passe par un comblement à l’acide hyaluronique pour redresser chacun d’eux et positiver l’expression.

Le bas du visage

Il commence à nous obnubiler vers 45 ans.Il n’y a pas plus énervant que ces petites bajoues qui s’installent ou cet ovale qui se floute. Pour restaurer une bonne densité de peau, les médecins proposent des traitements à effet tenseur dit de « skintightening » avec des appareils de radiofréquence ou de lumière intense pulsée (IPL), des lasers de réjuvénation (de type Nd-Yag) ou fractionnés. Pour que la peau continue de fabriquer du collagène, il faut chauffer et stimuler, stimuler, stimuler. Ce sont des traitements au long cours, la peau redevient plus costaude. Ce n’est pas que de la prévention, on voit l’amélioration au niveau des fines ridules et du froissement des joues.
Autre technique pour contrer la perte de fermeté et préserver l’ovale ?
Les injections maîtrisées de produits volummateurs qui freinent le relâchement des traits. S’il n’y a pas un excès de peau important que seul un lifting facial corrigera.

Le décolleté

Quand on a abusé du soleil, le décolleté se fripe et se tache dès 40 ans. Le laser va traiter les taches installées, les séances de mésothérapie (acide hyaluronique faiblement réticulé) réhydrateront bien la peau, en complément d’un traitement cosmétique éclaircissant au long cours et d’une protection solaire carabinée.
A partir de 40 ans, c’est malin de freiner la perte de densité de la peau de cette zone fragile : plusieurs séances de radiofréquence, de laser de réjuvénation ou de laser fractionné vont chauffer la peau et stimuler la production de collagène.

Le cou

On peut consulter un chirurgien pour le retendre, vers 55/60 ans, sans avoir jamais rien fait pour ses rides. Le plus souvent, il proposera un lifting cervicofacial pour redessiner aussi l’ovale.
Le lifting du cou seul s’envisage quand on a fait des injections pour maintenir une bonne structure de la partie moyenne du visage ou quand on a déjà fait un lifting facialUne injection de toxine botulique peut atténuer des cordes platysmales marquées, souvent chez une femme mince.

 

Read More

Comment gommer la ride du lion ?

C’est quoi cet air renfrogné qui ne nous quitte plus alors qu’hier encore on nous complimentait sur notre expressivité ? Cette barre au milieu du front, plus communément appelée ride du lion, aurait tendance à durcir -avec le temps- notre visage… Le point sur les méthodes pour agir.

Certaines marques du temps impriment sur notre visage un air sévère, voir fatigué, dont on se passerait bien.

Parmi elles, la ride du lion.

C’est quoi la ride du lion ?

C’est l’ensemble des rides verticales inter-sourcilières qui se situent entre les sourcils, dans la région que l’on appelle la glabelle.

Ces rides sont générées par la contraction de trois muscles que l’on appelle procérus et corrugateur. Et ces petits muscles, dont la puissance varie d’une personne à l’autre, peuvent apparaître assez tôt chez certains (pas de chance !)

Comment prévenir ces rides d’expression ?

D’après le Dr Claude Levy, spécialiste en Chirurgie de la face, il ne faut pas attendre que les rides s’installent afin d’agir sur la cause plutôt que sur les conséquences.

« La cause de ces rides est la contraction musculaire. Donc si l’on paralyse le muscle, il n’y a plus de rides », précise-t-il.

Une notion de « timing esthétique » qui prend tout son sens dès lors que le traitement ne va pas effacer la ride ou la traiter, mais l’empêcher d’exister.

Et de rajouter : « Ce sujet fait polémique aux États-Unis car les Américains ont voulu traiter ces rides très jeune. Mais force est de constater qu’ils n’ont pas totalement tort si on tient compte du fait que plus la peau présente sur le muscle va être sollicitée, plus elle risque de se fracturer ».

La toxine botulique, un traitement efficace

Ce traitement esthétique existe depuis des années et sa maitrise a évolué depuis : « On sait aujourd’hui qu’il est mieux de faire des nappages en couvrant la zone avec de petites quantités plutôt que de mettre de grosses doses. »

À l’origine de sa découverte il y a une trentaine d’années, la toxine botulique est utilisée dans le traitement des maladies neurologiques. Elle induit une faiblesse des muscles hyperactifs injectés, sans pour autant affecter leur fonctionnement normal.

Le Dr Claude Levy explique : « On connaît la toxine depuis la fin des années 70, elle était initialement utilisée à des fins thérapeutiques en ophtalmologie et en neurologie, à des doses dix fois supérieures que ce qu’on utilise en médecine esthétique. Avec certains patients ayant des pathologies qui sont traités avec de la toxine botulique depuis 30 ans et qui n’ont pas révélé de toxicité. Les accidents restent rares. »

Comment ça se passe ? Ce traitement se fait obligatoirement chez un médecin (chirurgiens maxillo faciaux, chirurgiens esthétiques, ophtalmologues, ORL et les dermatologues).

Lors de la consultation, le médecin injecte de la toxine botulique au moyen d’une seringue. La toxine vient à l’endroit où le nerf arrive sur le muscle et génère la contraction musculaire. Son effet de la toxine est limité dans le temps.

On pense à informer le médecin si l’on prend des médicaments anticoagulants ou si l’on est atteint d’une maladie neuromusculaire.

L’acide hyaluronique pour effacer la ride du lion : bonne idée ? 

Le traitement consiste à agir sur la ride elle-même en remplissant par de l’acide hyaluronique. Les injections intradermique doivent rester superficielles, c’est-à-dire juste en soulevant la ride.

Mais à cause de la complexité des muscles, l’injection d’acide hyaluronique est néanmoins déconseillée par le Dr Claude Levy, qui met en garde contre l’utilisation massive de comblement dans cette zone.

« Des nécroses se sont déclarées lors d’un remplissage de la ride du lion, parce que la vascularisation de cette zone est telle que l’on risque des nécroses. Cela est interdit. Par ailleurs, dans cette zone il y a des connexions avec l’artère centrale de la rétine et il y a même des cécités qui ont été décrites. Il y a donc des accidents gravissimes qui existent. »

Read More

Mélasma ou masque de grossesse : un traitement en étapes et en douceur

Ces taches hyperpigmentées peuvent être soignées par un traitement qui n’agresse pas la peau.

LE MÉLASMA, C’EST QUOI ?

Pouvant prendre la forme d’un masque, ces taches brunes et diffuses apparaissent sur les pommettes, les tempes et le front, parfois sans exposition solaire. Mais les rayons UV les accentuent. Souvent d’origine hormonale, elles surviennent suite à une grossesse, à la prise de contraceptifs oraux, du traitement hormonal substitutif de la ménopause ou encore de certains médicaments. Ce type de taches est particulièrement sensible. Le traitement ne doit pas être trop agressif, car s’il y a une inflammation sous l’effet thermique du laser, l’hyperpigmentation risque de s’aggraver.

LE TRAITEMENT AVEC UNE CRÈME MÉDICALE

Il s’agit d’un traitement dépigmentant sur ordonnance à base de cortisone, d’hydroquinone et de trétinoïnes, appelé Trio de Kligman. C’est le traitement de première intention à appliquer pendant trois mois (coût 30 € environ le tube).

UN PEELING MOYEN

En cas d’échec du traitement précédent, un peeling moyen peut être décidé.

A base d’acide glycolique à 20 % et d’acide kojique ou de TCA (acide trichloracétique), il permet d’exfolier la surface de l’épiderme afin de stimuler le renouvellement cellulaire et de faire peau neuve. Si celui-ci reste sans effet, alors le laser peut être envisagé en dernière intention. Coût d’une séance, de 125 à 150 €.

LES LASERS FRACTIONNÉS

Les lasers fractionnés non ablatifs sont utilisés sur le mélasma avec plus ou moins de succès, mais sans risque d’aggraver les taches

Read More

A savoir avant de faire des soins de médecine esthétique

« Ride du lion et sillons qui se creusent, perte de densité de la peau… Quand les crèmes sont impuissantes, la médecine esthétique prend le relais en douceur

. Protocoles éprouvés et réponses ciblées avant de se lancer… ». Voici quelques points importants à connaître avant de commencer des soins de médecine esthétique :

Faites d’abord évaluer quels soins seront adaptés à vos besoins

Ce n’est pas parce qu’on parle d’une technique dans la presse, qu’une star du cinéma l’a utilisée ou qu’une amie a eu des bons résultats, que celle-ci va faire des miracles chez vous. Le plus important est qu’elle soit bien adaptée dans votre cas particulier. Sinon, vous risquez d’être déçu(e). Un médecin compétent et expérimenté saura vous le dire.

Plus le médecin pratique des soins différents, mieux c’est

Si ce médecin pratique des techniques différentes s’appliquant à un même problème esthétique, son avis sera encore plus pertinent. A l’inverse, un médecin pratiquant peu de techniques se cantonnera à ce qu’il connait et ne choisira pas forcément la technique la plus adaptée.

La dernière nouveauté en soin esthétique n’est pas forcément la meilleure

Les médias sont friands de nouveautés et de scoops. Dès qu’un nouveau soin esthétique apparait sur le marché, il est généralement présenté comme révolutionnaire et bien mieux que ce qui existait avant. Ne vous laissez-pas influencer et renseignez-vous d’abord sur la sécurité du traitement, les effets secondaires éventuels et voyez les résultats obtenus dans votre entourage.

Commencez pas des techniques sûres et éprouvées

Quand on fait le premier pas vers la médecine esthétique, il est vivement conseillé d’aller vers des soins bien éprouvés, depuis de nombreuses années et où les résultats sont habituellement très bons. Par exemple :

  • injections de comblement à l’acide hyaluronique contre les rides ou pour remodeler le visage
  • toxine botulique contre les rides d’expression
  • lumière pulsée contre les taches brunes
  • lasers spécifiques et lumières pulsées pour l’épilation
  • lasers vasculaires contre la couperose et les rougeurs, etc…

Bien employées, ces techniques sont sûres, donnent des résultats évidents et présentent peu de risques. Vous aurez ainsi peu de chances d’être déçu(e)s.

Une fois de plus, évitez la dernière technique à la mode ou les soins « exotiques » peu pratiqués.

Définissez un ordre d’importance dans ce que vous voulez traiter

Si votre problème esthétique comporte plusieurs aspects, commencez par traiter le plus important : ce qui va apporter la plus grande partie des résultats. Les techniques de soins s’appliquant aux détails et aux finitions viendront après. Là encore un médecin expérimenté saura vous conseiller.

Bien entendu, il n’est pas évident pour celui ou celle qui veut faire le pas vers la médecine esthétique de s’y retrouver facilement. Etablir une relation de confiance avec un médecin compétent est généralement la solution. Renseignez-vous et surtout obtenez un maximum d’information de la part du praticien avant de passer à l’acte.

Read More

Rougeurs de la peau : les solutions pour en finir !

ROUGEURS DE LA PEAU : LES SOLUTIONS POUR EN FINIR !

Rougeurs diffuses, couperose, acné rosacée… Les rougeurs de la peau sont fréquentes et parfois très contraignantes.

Prendre du zinc 

Pour quels types de rougeurs : les rougeurs aggravées par un excès de sébum.

L’effet : Le zinc a un effet anti-inflammatoire et anti-séborrhéique.

Utilisation : Pour les rougeurs inflammatoires, appliquer du zinc sous forme de lotion. Pour les problèmes de séborrhée, misez plutôt sur les comprimés : les prendre à jeun et à distance des repas (sinon le zinc restera dans l’estomac et ne passera pas dans le sang). « Vous pouvez prendre le rubozinc, l’effizinc ou le zinc oligosol » indique le Dr Catoni. A savoir : Les comprimés de zinc sont entièrement remboursés par la Sécurité sociale, mais ce n’est pas le cas pour le zinc sous forme d’ampoules.

ROUGEURS DE LA PEAU : LES SOLUTIONS POUR EN FINIR !

Mettre du froid 

Pour quels types de rougeurs : les rougeurs dues à une dilatation des vaisseaux, « comme par exemple après un coup de chaud – dû à un effort, à la chaleur ambiante ou un coup de soleil

L’effet : le chaud dilate les vaisseaux tandis que le froid les referme. Le sang passe moins, la rougeur disparaît.

Utilisation : Se mettre au frais, appliquer des glaçons sur le visage, ou passer un gant mouillé à l’eau froide sur la rougeur. « Mettre un glaçon entre sa langue et son palais est une astuce à essayer quand c’est possible » ajoute notre interlocutrice.

Poser des compresses de bleuet 

Pour quels types de rougeurs : les inflammations et irritations de la peau, en particulier des paupières.

L’effet : Le bleuet contient des flavonoïdes qui offrent une protection contre l’oxydation et l’inflammation des vaisseaux sanguins.

Utilisation : en décoction. Mettre 10g de fleurs de bleuet dans un quart de litre d’eau, porter à ébullition et retirer aussitôt du feu, infuser 15 minutes. Une fois tiède, appliquer la décoction à l’aide d’une compresse.

A savoir : Le bleuet peut aussi s’utiliser pour les yeux en bains oculaires ou collyres.

Appliquer du lithium

Pour quels types de rougeurs : les rougeurs dues aux inflammations de la peau, comme les poussées de dermite séborrhéique.

L’effet : Le lithium referme les vaisseaux et diminue donc les rougeurs. Le lithium est par ailleurs une molécule utilisée en neurologie pour calmer les psychoses. « Aujourd’hui, certaines molécules utilisées en neurologie sont adaptées en

Essayer les crèmes anti-rougeurs 

Pour quels types de rougeurs : les rougeurs dues aux poussées de dermite séborrhéique, qui se traduisent par des squames et une peau grasse et brillante. « Le stress est une cause importante de ces rougeurs. Elles peuvent être également dues à la pollution et à certains produits de contacts, comme les shampoings »

L’effet : Les crèmes anti-rougeurs désenflamment.

Utilisation : Vous pouvez faire confiance à des marques comme La Roche Posay, Avène, ou Bioderma pour apaiser les rougeurs. « La crème K Ceutic, de la marque Dermaceutic, également la crème SVR anti-rougeur et la crème AR Hydratant, de la marque Nacriderm, qui a d’ailleurs déjà reçu une distinction

Remèdes naturels : aloe vera, huile de chanvre…

Voici une liste de remèdes naturels contre les rougeurs de la peau. Sans être toujours approuvés par les dermatologues de manière officielle ou officieuse, certaines personnes ont témoigné de leur efficacité. Libre à vous de les tester !

– Pour les rougeurs de couperose, des compresses de décoctions de guimauve, de fleurs d’aubépine, de mauve, de marrons d’Inde ou d’infusions d’hammamélis peuvent agir en prévention et pour enrayer la progression. – Pour les rougeurs du visage en général, certains conseillent aussi l’huile de chanvre, l’aloe vera, la vitamine B6, ou encore l’eau de rose  Catoni rappelle qu’elle est assez astringente (donc pas douce) ; et « il faut prendre garde à certaines huiles essentielles, qui peuvent être trop agressives pour la peau ». On trouve principalement ces produits en parapharmacie et dans les magasins bio.

Couperose : miser sur les lasers vasculaires 

Pour quels types de rougeurs : les rougeurs dues à la couperose.

L’effet : « Le laser KTP et le laser Yag coagulent le sang. Le laser à colorant pulsé (traitement de référence des angiomes) détruit le vaisseau en l’explosant. Une fois le vaisseau détruit, les cellules appelées macrophages s’occupent du nettoyage, il n’y a donc plus d’accumulation de sang à cet endroit, et donc la rougeur disparaît.

Utilisation : ce type d’opération n’est réalisé que par des médecins, ayant reçu la formation adaptée. « Pendant une séance de laser, j’ai souvent recours aux deux lasers, KTP et Yag, parfois je la termine par une LED. Une à 2 séances suffisent, et vous êtes tranquille pour 2, 3, 4 ans

 Précautions pour éviter les rougeurs

– Se nettoyer quotidiennement le visage avec des produits non parfumés pour peaux sensibles .

– Se démaquiller avec un produit doux tel qu’un lait ou gel sans rinçage , qui sont « plus doux que l’eau micellaire, notamment si l’on doit enlever une couche épaisse de maquillage ». – Utiliser une protection solaire haute protection dès qu’on s’expose (indice 50+).

– Hydrater sa peau en évitant les crèmes grasses. 

– Eviter d’exfolier souvent sa peau : le gommage peut aggraver l’irritation de la peau.

– Ne pas cacher ses défauts sous des tonnes de maquillage, qui étouffent la peau et ne constituent qu’une attaque supplémentaire contre son équilibre naturel :  » préférer les BB crèmes , qui camouflent les défauts tout en traitant ses problèmes ; par exemple, la BB crème Créaline de Bioderma ».

– Pour avoir une peau bien hydratée, sont conseillés les Oméga 3 et 6 , que l’on trouve par exemple dans le saumon.

 

Read More