Centre Laser Medical & Esthetique Algerie

1er Centre Laser Médical & Esthétique Algérie

CALVITIE OU CHUTE DE CHEVEUX

Introduction

La calvitie ou alopécie totale ou partielle des cheveux, également appelée alopécie, est une affection du cuir chevelu très répandue, chez ceux qui en souffrent, et en particulier chez les femmes.

Qu’est-ce que l’alopécie ?

L’alopécie correspond à une chute des cheveux ou des poils partielle ou totale. Elle peut être : 

  • diffuse ou localisée,
  • aiguë ou chronique,
  • partielle ou totale,
  • temporaire ou définitive.

Les différents types d’alopécie

ll existe différents types d’alopécie:

L’alopécie androgénique ou AAG est la cause la plus fréquente Elle débute le plus souvent après la puberté et avant 40 ans chez l’homme. Lorsqu’elle est sévère, elle débute précocement ce qui est très mal vécu par l’adolescent. L’alopécie androgénétique (AAG) touche les 2 sexes mais davantage les hommes.La chute de cheveux est due à un environnement génétique favorable et à un terrain hormonal particulier.Terrain génétique: plusieurs gènes sont en cause.Terrain hormonal : la testostérone circule librement dans le sang et se transforme en dihydrotestostérone ou DHT sous l’influence d’une enzyme la 5 alpha réductase.L’activité de la 5 alpha réductase est stimulée par les gènes et la sécrétion de DHT plus importante modifie la croissance capillaire.La papille est moins vascularisée, le follicule se miniaturise Nous ne sommes donc pas en présence d’un trouble hormonal mais bien d’un dérèglement du récepteur. Ce n’est pas la quantité de testostérone qui est en jeu mais bien celui du niveau élevé de 5 alpha réductase,

L’alopécie en plaque ou areata : également connue sous le nom de pelade. Il s’agit d’une maladie auto-immune, où les cheveux et les poils chutent complètement dans certaines zones. Cependant, la racine du cheveu n’est jamais détruite à 100%, ce qui permet aux cheveux de repousser par la suite. Les causes de la pelade ne sont pas certaines et les scientifiques n’ont pas encore été en mesure d’identifier les facteurs qui poussent le système immunitaire à attaquer les follicules. Les thérapies disponibles sont, dans ce cas également, pharmacologiques, injectives ou chirurgicales.

L’alopécie cicatricielle :  ce type d’alopécie est causé par une lésion cicatricielle qui ne permet pas la repousse de cheveux ou de poils dans la zone qui a été touchée. La formation de ce tissu cicatriciel peut être provoquée par plusieurs causes: brûlures, plaies, maladies héréditaires, dermatite, infections, néoplasmes ou autres maladies de la peau, telles que le lichen plan (l’une des causes les plus courantes de ce type d’alopécie). Le diagnostic doit être effectué par le spécialiste au moyen d’une biopsie et d’un examen histologique. Le traitement peut inclure, au même titre que les autres formes d’alopécie, des méthodologies injectives, pharmaceutiques et chirurgicales.

Alopécie psychogène : On soupçonne que la perte de cheveux et l’alopécie peuvent également être causées par le stress et l’anxiété, bien qu’il n’existe toujours aucune preuve scientifique claire à cet égard.. Cela pourrait également être dû au fait qu’un excès de stress ou d’anxiété provoquent une réponse du système immunitaire, déclenchant ainsi une série de phénomènes biochimiques pouvant entraîner un affaiblissement des follicules et des cheveux. Une alopécie psychogène peut être suspectée dans les cas où le patient n’est pas familier avec l’alopécie androgénétique ou d’autres affections pouvant avoir entraîné la perte de cheveux. Dans certains cas, le spécialiste peut demander au patient de réaliser également des tests de personnalité.

Alopecia universalis : Il s’agit d’une maladie très rare, elle touche 1 personne sur 4000, et implique l’absence totale de poils et de cheveux sur le cuir chevelu (chauve) et le reste du corps. La perte de cheveux commence généralement sur certaines zones du corps ou de la tête pour aboutir à une réduction totale des follicules. Parfois, l’apparition et la propagation de l‘alopécie universelle peuvent aussi se produire très rapidement et soudainement. La cause est inconnue et est considérée comme une forme avancée d‘alopécie areata. Même dans ce cas, on parle de pathologie auto-immune. Il n’existe pas de véritable remède, mais la repousse peut parfois se réactiver spontanément, même après une longue période.

Qui peut souffrir de calvitie ?

Les hommes et les femmes de tous âges, y compris les enfants, peuvent souffrir d’alopécie. Cependant, en fonction du sexe de la forme de calvitie, et de l’âge, on parlera de différents types d’alopécie, pouvant avoir différentes causes.

Sachez tout de même que la calvitie est tout à fait normale et commune, puisqu’elle affecte 1/3 des hommes à 30 ans50% à 50 ans,  80% à partir de 70 ans. En ce qui concerne les femmes, elle touche de 2 à 5% d’entre elles à 30 ans, et 40% à partir de 70 ans, comme.

En général, chez les hommes, la perte de cheveux se concentre sur les tempes et au sommet, alors que chez femmes il y a un éclaircissement sur le dessus du crâne.

Quelles sont les causes de la calvitie ?

L’alopécie ou la perte de cheveux peut dépendre de nombreuses causes et facteurs, tous ne sont pas forcément reconnus et ne sont pas facilement identifiables. Il est donc essentiel de contacter un médecin expérimenté pour en savoir plus qui sera en mesure d’évaluer soigneusement tous les symptômes du patient, d’identifier correctement les causes qui ont entraîné la chute des cheveux et, surtout, d’indiquer les traitements à suivre pour éliminer ou atténuer le problème.

Parmi les causes les plus courantes, nous pouvons identifier :

  • les facteurs hormonaux
  • la prédisposition génétique
  • une grossesse ou un accouchement
  • le stress ou un choc émotionnel intense
  • une carence alimentaire
  • des pathologies auto-immunes
  • des pathologies dysmétaboliques
  • des pathologies endocriniennes
  • l’hypothyroïdie

De plus, on identifie parmi les facteurs qui peuvent favoriser l’apparition de la calvitie les agents environnementaux externes, tels que la pollution de l’air, les dommages atmosphériques ou une exposition excessive aux rayons UV.

Le mode de vie affecte-t-il la calvitie ?

Le mode de vie et les habitudes quotidiennes peuvent toujours avoir un impact négatif sur notre santé ou sur l’accentuation et l’aggravation de certains symptômes ou de certaines maladies. Et cela affecte également les personnes atteintes de calvitie.

En fait comme l’expliquent les experts de Dermato Info la cause de l’alopécie peut également être identifiée dans une combinaison néfaste de stress émotionnel, de mauvaises habitudes et de malnutrition pouvant affaiblir les cheveux , les rendant plus minces et opaques, et par conséquent accélérer la perte.

Il est important de rappeler qu’il y a certains mythes sur les  causes qui favorisent la perte de cheveux et la calvitie naissante. Contrairement à ce que beaucoup de gens pensent, l’utilisation de chapeaux et de casques ou un lavage fréquent n’a aucune influence sur la perte de cheveux.

Comment trouver mon spécialiste ?

Concernant les différentes pathologies du cuir chevelu, le médecin traitant doit être consulté en premier recours ; c’est lui qui déterminera si le patient doit consulter un dermatologue, lequel saura établir un diagnostic précis et mettre en place un traitement adapté à chaque étiologie.

S’agissant de la calvitie, les greffes capillaires peuvent être réalisées soit par des chirurgiens soit le plus souvent par des médecins (dermatologues ou médecins esthétiques) spécialisés dans le domaine du traitement de la calvitie et particulièrement expérérimentés. Pour tout traitement médical, il est toujours essentiel de contacter des médecins spécialisés et accrédités :

Comment se passe la première visite chez le spécialiste ?

Lors de la première visite, le médecin aura l’occasion d’évaluer l’importance de la calvitie, l’ampleur de la chute des cheveux et le statut de la région donneuse au cas où vous devriez opter pour une autogreffe capillaire.

Votre médecin, après avoir rassemblé toutes les informations concernant l’état de santé et les antécédents cliniques du patient, procédera à un examen physique et prescrira la réalisation de certains examens spécifiques. Dermato Info nous informe sur  les tests qui peuvent être requis par le spécialiste afin de formuler un diagnostic correct et un traitement de l’alopécie :

  • dermoscopie – pour visualiser la peau en profondeur
  • trichogramme – diagnostic capillaire
  • bilan sanguin et hormonal
  • test hormonal

Traitements de la calvitie


Les patients atteints de calvitie ou d’AAG peuvent avoir recours soit à un traitement médical soit à un traitement par microgreffes capillaires .

 I – Les traitements médicaux

Médicaments et compléments alimentaires : En dehors des shampooings antipelliculaires et des lotions capillaires, le minoxidil® représente le seul traitement topique médical ayant démontré son efficacité mais dans seulement 10% des cas d’alopécie androgénétique.

Les Médicaments :

  • Le Minoxidil est un vasodilateur utilisé initialement pour traiter l’HTA. Il avait comme effet secondaire d’entraîner une pilosité, d’où son utilisation comme topique dans l’alopécie sans savoir exactement comment ça marche ! Il prolonge la phase anagène et retarde l’évolution de la chute.Présentation : 2 concentrations à 2% et 5 % (uniquement sur prescription médicale),en application locale sur le cuir chevelu deux fois par jour sur des cheveux secs.Inconvénients : application quotidienne pendant des années car à l’arrêt du traitement : rechute.Pas toujours bien supporté (irritations, céphalée, pilosité à distance…)Provoque au début une élimination des télogènes entraînant une chute de cheveux.
  • Le Finastéride ou propecia® est un inhibiteur spécifique de la 5 alpha-réductase, enzyme intracellulaire, qui métabolise la testostérone en dihydrotestostérone (DHT), témoin biologique de l’activité de cette enzyme. Posologie : 1 comprimé par jour pendant des années. Surtout indiqué chez le jeune jeune (<40 ans) au début de l’alopécie et contre-indiqué chez la femme. Effets indésirables constatés : troubles sexuels (baisse de la libido, dysfonction érectile, anomalie de l’ejaculation) réversibles en 15 jours à l’arrêt du traitement peu frequents 1 %, disparaissant à l’arrêt du traitement de même que des troubles de l’humeur.

NB: l’ANSM a rédigé une fiche en date du 10/12/2019 qui vise à renforcer l’information des patients sur le risque de survenue de certains effets indésirables, tels que des troubles psychiatriques et/ou de la fonction sexuelle associés à la prise de finastéride.

  • Les conseils micronutritionnels : l’alopécie est souvent liée à un déséquilibre alimentaire, à des problèmes psychologiques ou secondaire à des traitements anticancéreux et réversible à leur arrêt. faut aider la repousse des cheveux par une alimentation équilibrée et des compléments alimentaires spécifiques.
  • Conseils micronutritionnels : Les acides aminés soufrés sous forme de micropeptides, les vitamines ( B5 et B8), l’huile de pépin de courge, en cas de dermite séborrhéique du cuir chevelu fréquemment associée. Corriger une carence martiale en fonction de la ferritinémie.
  • La Mésothérapie est une procédure de biostimulation qui consiste à injecter des vitamines et des minéraux et différents principes actifs directement dans le cuir chevelu pour stimuler la réactivation des bulbes pileux. L’AFME suggère d’effectuer au moins 6 séances de biostimulation séparées d’une semaine l’une de l’autre afin d’obtenir un bon résultat.
  • La Luminothérapie par Leds, technique adjuvante de la mésothérapie, non invasive a un effet relaxant et calmant. Permet de traiter tous les phototypes quelle que soit la saison.

Le PRP (plasma riche en plaquettes) extrait du sang du patient qui, grâce aux facteurs de croissance des plaquettes, permet de stimuler la régénération de nouveaux cheveux et surtout de renforcer ceux qui sont encore présents. L’infiltration de plasma riche en plaquettes implique un cycle de quelques séances dont le nombre sera établi par le médecin en fonction des caractéristiques du patient.

II – Les micro-greffes capillaires

La greffe de cheveux est une auto-greffe capillaire, qui consiste à transférer les bulbes pileux d’une zone donneuse occipitale vers la zone où réside la perte. La transplantation peut être réalisée principalement avec deux techniques:

  • Autotransplantation avec la technique de bande ou FUT (transplantation d’unités folliculaires): consiste à retirer une bande de cuir chevelu et les bulbes présents, qui sont ensuite isolés et transplantés dans la zone de réception.
  • Autotransplantation avec technique FUE (extraction d’unités folliculaires): cette technique, plus récente que la première, permet de prélever les bulbes grâce à un punch de 0,8 à 1,25 mm de diamètre.

La greffe de cheveux n’a pas de contre indication particulière, de sorte que pratiquement tous les types de patients peuvent en bénéficier, à condition que le patient ne souffre pas de maladies auto-immunes qui peuvent réduire l’efficacité du résultat de la greffe. Le résultat final sera appréciable environ 6 à 8 mois après l’opération, c’est-à-dire lorsque les cheveux auront repoussé.

Résultats

Dans le cas des greffes de cheveux, le taux de réussite de la procédure chirurgicale est généralement très élevé. On compte environ 93% des patients satisfaits de leur traitement et 8 sur 10 notent une évolution capillaire positive.

Lorsque des traitements médicaux sont effectués, les patients sont généralement à un stade de calvitie précoce. Pour cette raison, s’ils sont effectués à titre préventif et au bon moment, ils sont généralement efficaces.

Les complications faisant suites à un traitement de la calvitie sont rares

Complications et effets secondaires des greffes capillaires

Les risques sont rares, mais comme dans toute procédure, certaines complications peuvent survenir. C’est pourquoi nous vous conseillons toujours de faire appel à un médecin qualifié et experimenté. Les plus complications les plus communes, surtout dans le cas d’une greffe de cheveux sont les suivantes :

  • Infections autour du follicule pileux implanté
    • Cicatrices dans la zone donneuse : soit linéaire en cas de FUT soit punctiformes et multiples dans la FUE entraînant une diminution de la densité capillaire en région occipitale.Il faut garder à l’esprit que les cicatrices sont généralement parfaitement recouvertes et cachées dans les cheveux. Elles ne sont donc pas visibles.

Il faut garder à l’esprit que les cicatrices sont généralement parfaitement recouvertes et cachées dans les cheveux. Elles ne sont donc pas visibles nous rapelle le Dr François Turmel.

Introduction

La calvitie ou alopécie totale ou partielle des cheveux, également appelée alopécie, est une affection du cuir chevelu très répandue, La calvitie peut toucher les hommes et les femmes de tous âges et entraîner la perte des cheveux et parfois même la perte de barbe ou de poils. Les cheveux étant associé à la beauté et à la séduction depuis toujours, la calvitie cause une véritable détresse psychologique chez ceux qui en souffrent, et en particulier chez les femmes.

Qu’est-ce que l’alopécie ?

L’alopécie correspond à une chute des cheveux ou des poils partielle ou totale. Elle peut être : 

  • diffuse ou localisée,
  • aiguë ou chronique,
  • partielle ou totale,
  • temporaire ou définitive.

les différents types d’alopécie

 :

L’alopécie androgénique ou AAG est la cause la plus fréquente Elle débute le plus souvent après la puberté et avant 40 ans chez l’homme. Lorsqu’elle est sévère, elle débute précocement ce qui est très mal vécu par l’adolescent. L’alopécie androgénétique (AAG) touche les 2 sexes mais davantage les hommes.La chute de cheveux est due à un environnement génétique favorable et à un terrain hormonal particulier.

Terrain génétique: plusieurs gènes sont en cause.

Terrain hormonal : la testostérone circule librement dans le sang et se transforme en dihydrotestostérone ou DHT sous l’influence d’une enzyme la 5 alpha réductase.L’activité de la 5 alpha réductase est stimulée par les gènes et la sécrétion de DHT plus importante modifie la croissance capillaire.La papille est moins vascularisée, le follicule se miniaturise Nous ne sommes donc pas en présence d’un trouble hormonal mais bien d’un dérèglement du récepteur. Ce n’est pas la quantité de testostérone qui est en jeu mais bien celui du niveau élevé de 5 alpha réductase

L’alopécie en plaque ou areata : également connue sous le nom de pelade. Il s’agit d’une maladie auto-immune, où les cheveux et les poils chutent complètement dans certaines zones. Cependant, la racine du cheveu n’est jamais détruite à 100%, ce qui permet aux cheveux de repousser par la suite. Les causes de la pelade ne sont pas certaines et les scientifiques n’ont pas encore été en mesure d’identifier les facteurs qui poussent le système immunitaire à attaquer les follicules. Les thérapies disponibles sont, dans ce cas également, pharmacologiques, injectives ou chirurgicales.

L’alopécie cicatricielle :  ce type d’alopécie est causé par une lésion cicatricielle qui ne permet pas la repousse de cheveux ou de poils dans la zone qui a été touchée. La formation de ce tissu cicatriciel peut être provoquée par plusieurs causes: brûlures, plaies, maladies héréditaires, dermatite, infections, néoplasmes ou autres maladies de la peau, telles que le lichen plan (l’une des causes les plus courantes de ce type d’alopécie). Le diagnostic doit être effectué par le spécialiste au moyen d’une biopsie et d’un examen histologique. Le traitement peut inclure, au même titre que les autres formes d’alopécie, des méthodologies injectives, pharmaceutiques et chirurgicales.

Alopécie psychogène : On soupçonne que la perte de cheveux et l’alopécie peuvent également être causées par le stress et l’anxiété, bien qu’il n’existe toujours aucune preuve scientifique claire à cet égard.. Cela pourrait également être dû au fait qu’un excès de stress ou d’anxiété provoquent une réponse du système immunitaire, déclenchant ainsi une série de phénomènes biochimiques pouvant entraîner un affaiblissement des follicules et des cheveux. Une alopécie psychogène peut être suspectée dans les cas où le patient n’est pas familier avec l’alopécie androgénétique ou d’autres affections pouvant avoir entraîné la perte de cheveux. Dans certains cas, le spécialiste peut demander au patient de réaliser également des tests de personnalité.

Alopecia universalis : Il s’agit d’une maladie très rare, elle touche 1 personne sur 4000, et implique l’absence totale de poils et de cheveux sur le cuir chevelu (chauve) et le reste du corps. La perte de cheveux commence généralement sur certaines zones du corps ou de la tête pour aboutir à une réduction totale des follicules. Parfois, l’apparition et la propagation de l‘alopécie universelle peuvent aussi se produire très rapidement et soudainement. La cause est inconnue et est considérée comme une forme avancée d‘alopécie areata. Même dans ce cas, on parle de pathologie auto-immune. Il n’existe pas de véritable remède, mais la repousse peut parfois se réactiver spontanément, même après une longue période.

Qui peut souffrir de calvitie ?

Les hommes et les femmes de tous âges, y compris les enfants, peuvent souffrir d’alopécie. Cependant, en fonction du sexe de la forme de calvitie, et de l’âge, on parlera de différents types d’alopécie, pouvant avoir différentes causes.

Sachez tout de même que la calvitie est tout à fait normale et commune, puisqu’elle affecte 1/3 des hommes à 30 ans50% à 50 ans,  80% à partir de 70 ans. En ce qui concerne les femmes, elle touche de 2 à 5% d’entre elles à 30 ans, et 40% à partir de 70 ans, comme

En général, chez les hommes, la perte de cheveux se concentre sur les tempes et au sommet, alors que chez femmes il y a un éclaircissement sur le dessus du crâne.

Quelles sont les causes de la calvitie ?

L’alopécie ou la perte de cheveux peut dépendre de nombreuses causes et facteurs, tous ne sont pas forcément reconnus et ne sont pas facilement identifiables. Il est donc essentiel de contacter un médecin expérimenté pour en savoir plus qui sera en mesure d’évaluer soigneusement tous les symptômes du patient, d’identifier correctement les causes qui ont entraîné la chute des cheveux et, surtout, d’indiquer les traitements à suivre pour éliminer ou atténuer le problème.

Parmi les causes les plus courantes, nous pouvons identifier :

  • les facteurs hormonaux
  • la prédisposition génétique
  • une grossesse ou un accouchement
  • le stress ou un choc émotionnel intense
  • une carence alimentaire
  • des pathologies auto-immunes
  • des pathologies dysmétaboliques
  • des pathologies endocriniennes
  • l’hypothyroïdie

De plus, on identifie parmi les facteurs qui peuvent favoriser l’apparition de la calvitie les agents environnementaux externes, tels que la pollution de l’air, les dommages atmosphériques ou une exposition excessive aux rayons UV.

Le mode de vie affecte-t-il la calvitie ?

Le mode de vie et les habitudes quotidiennes peuvent toujours avoir un impact négatif sur notre santé ou sur l’accentuation et l’aggravation de certains symptômes ou de certaines maladies. Et cela affecte également les personnes atteintes de calvitie.

En fait comme l’expliquent les experts de Dermato Info la cause de l’alopécie peut également être identifiée dans une combinaison néfaste de stress émotionnel, de mauvaises habitudes et de malnutrition pouvant affaiblir les cheveux , les rendant plus minces et opaques, et par conséquent accélérer la perte.

Il est important de rappeler qu’il y a certains mythes sur les  causes qui favorisent la perte de cheveux et la calvitie naissante. Contrairement à ce que beaucoup de gens pensent, l’utilisation de chapeaux et de casques ou un lavage fréquent n’a aucune influence sur la perte de cheveux.

Comment trouver mon spécialiste ?

Concernant les différentes pathologies du cuir chevelu, le médecin traitant doit être consulté en premier recours ; c’est lui qui déterminera si le patient doit consulter un dermatologue, lequel saura établir un diagnostic précis et mettre en place un traitement adapté à chaque étiologie.

S’agissant de la calvitie, les greffes capillaires peuvent être réalisées soit par des chirurgiens soit le plus souvent par des médecins (dermatologues ou médecins esthétiques) spécialisés dans le domaine du traitement de la calvitie et particulièrement.

  • .

Comment se passe la première visite chez le spécialiste ?

Lors de la première visite, le médecin aura l’occasion d’évaluer l’importance de la calvitie, l’ampleur de la chute des cheveux et le statut de la région donneuse au cas où vous devriez opter pour une autogreffe capillaire.

Votre médecin, après avoir rassemblé toutes les informations concernant l’état de santé et les antécédents cliniques du patient, procédera à un examen physique et prescrira la réalisation de certains examens spécifiques. Dermato Info nous informe sur  les tests qui peuvent être requis par le spécialiste afin de formuler un diagnostic correct et un traitement de l’alopécie :

  • dermoscopie – pour visualiser la peau en profondeur
  • trichogramme – diagnostic capillaire
  • bilan sanguin et hormonal
  • test hormonal

Traitements de la calvitie


Les patients atteints de calvitie ou d’AAG peuvent avoir recours soit à un traitement médical soit à un traitement par microgreffes capillaires .

 I – Les traitements médicaux

Médicaments et compléments alimentaires : En dehors des shampooings antipelliculaires et des lotions capillaires, le minoxidil® représente le seul traitement topique médical ayant démontré son efficacité mais dans seulement 10% des cas d’alopécie androgénétique.

Les Médicaments :

  • Le Minoxidil est un vasodilateur utilisé initialement pour traiter l’HTA. Il avait comme effet secondaire d’entraîner une pilosité, d’où son utilisation comme topique dans l’alopécie sans savoir exactement comment ça marche ! Il prolonge la phase anagène et retarde l’évolution de la chute.Présentation : 2 concentrations à 2% et 5 % (uniquement sur prescription médicale),en application locale sur le cuir chevelu deux fois par jour sur des cheveux secs.Inconvénients : application quotidienne pendant des années car à l’arrêt du traitement : rechute.Pas toujours bien supporté (irritations, céphalée, pilosité à distance…)Provoque au début une élimination des télogènes entraînant une chute de cheveux.
  • Le Finastéride ou propecia® est un inhibiteur spécifique de la 5 alpha-réductase, enzyme intracellulaire, qui métabolise la testostérone en dihydrotestostérone (DHT), témoin biologique de l’activité de cette enzyme. Posologie : 1 comprimé par jour pendant des années. Surtout indiqué chez le jeune jeune (<40 ans) au début de l’alopécie et contre-indiqué chez la femme. Effets indésirables constatés : troubles sexuels (baisse de la libido, dysfonction érectile, anomalie de l’ejaculation) réversibles en 15 jours à l’arrêt du traitement peu frequents 1 %, disparaissant à l’arrêt du traitement de même que des troubles de l’humeur.

NB: l’ANSM a rédigé une fiche en date du 10/12/2019 qui vise à renforcer l’information des patients sur le risque de survenue de certains effets indésirables, tels que des troubles psychiatriques et/ou de la fonction sexuelle associés à la prise de finastéride.

  • Les conseils micronutritionnels : l’alopécie est souvent liée à un déséquilibre alimentaire, à des problèmes psychologiques ou secondaire à des traitements anticancéreux et réversible à leur arrêt. faut aider la repousse des cheveux par une alimentation équilibrée et des compléments alimentaires spécifiques.
  • Conseils micronutritionnels : Les acides aminés soufrés sous forme de micropeptides, les vitamines ( B5 et B8), l’huile de pépin de courge, en cas de dermite séborrhéique du cuir chevelu fréquemment associée. Corriger une carence martiale en fonction de la ferritinémie.
  • La Mésothérapie est une procédure de biostimulation qui consiste à injecter des vitamines et des minéraux et différents principes actifs directement dans le cuir chevelu pour stimuler la réactivation des bulbes pileux. L’AFME suggère d’effectuer au moins 6 séances de biostimulation séparées d’une semaine l’une de l’autre afin d’obtenir un bon résultat.
  • La Luminothérapie par Leds, technique adjuvante de la mésothérapie, non invasive a un effet relaxant et calmant. Permet de traiter tous les phototypes quelle que soit la saison.

Le PRP (plasma riche en plaquettes) extrait du sang du patient qui, grâce aux facteurs de croissance des plaquettes, permet de stimuler la régénération de nouveaux cheveux et surtout de renforcer ceux qui sont encore présents. L’infiltration de plasma riche en plaquettes implique un cycle de quelques séances dont le nombre sera établi par le médecin en fonction des caractéristiques du patient.

II – Les micro-greffes capillaires

La greffe de cheveux est une auto-greffe capillaire, qui consiste à transférer les bulbes pileux d’une zone donneuse occipitale vers la zone où réside la perte. La transplantation peut être réalisée principalement avec deux techniques:

  • Autotransplantation avec la technique de bande ou FUT (transplantation d’unités folliculaires): consiste à retirer une bande de cuir chevelu et les bulbes présents, qui sont ensuite isolés et transplantés dans la zone de réception.
  • Autotransplantation avec technique FUE (extraction d’unités folliculaires): cette technique, plus récente que la première, permet de prélever les bulbes grâce à un punch de 0,8 à 1,25 mm de diamètre.

La greffe de cheveux n’a pas de contre indication particulière, de sorte que pratiquement tous les types de patients peuvent en bénéficier, à condition que le patient ne souffre pas de maladies auto-immunes qui peuvent réduire l’efficacité du résultat de la greffe. Le résultat final sera appréciable environ 6 à 8 mois après l’opération, c’est-à-dire lorsque les cheveux auront repoussé.

Résultats

Dans le cas des greffes de cheveux, le taux de réussite de la procédure chirurgicale est généralement très élevé. On compte environ 93% des patients satisfaits de leur traitement et 8 sur 10 notent une évolution capillaire positive.

Lorsque des traitements médicaux sont effectués, les patients sont généralement à un stade de calvitie précoce. Pour cette raison, s’ils sont effectués à titre préventif et au bon moment, ils sont généralement efficaces.

L

Complications et effets secondaires des greffes capillaires

Les risques sont rares, mais comme dans toute procédure, certaines complications peuvent survenir. C’est pourquoi nous vous conseillons toujours de faire appel à un médecin qualifié et experimenté. Les plus complications les plus communes, surtout dans le cas d’une greffe de cheveux sont les suivantes :

  • Infections autour du follicule pileux implanté
    • Cicatrices dans la zone donneuse : soit linéaire en cas de FUT soit punctiformes et multiples dans la FUE entraînant une diminution de la densité capillaire en région occipitale.Il faut garder à l’esprit que les cicatrices sont généralement parfaitement recouvertes et cachées dans les cheveux. Elles ne sont donc pas visibles.

Il faut garder à l’esprit que les cicatrices sont généralement parfaitement recouvertes et cachées dans les cheveux. Elles ne sont donc pas visibles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!